La magie de Noël illumine Sherbrooke

Encore une fois cette année, des petits et... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Encore une fois cette année, des petits et des grands par milliers se sont amassés de part et d'autres des rues King et Wellington Nord pour célébrer l'arrivée tant attendue du père Noël à Sherbrooke.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Le père Noël est passé et la neige se met à tomber! », s'exclamait la petite Juliette, 6 ans, en tenant sa lettre destinée au personnage bedonnant d'une main et les doigts de sa mère de l'autre. « Eh oui! C'est la magie de Noël! », de lui répondre cette dernière.

Le père Noël et son cortège ont ouvert... - image 1.0

Agrandir

Le père Noël et son cortège ont ouvert officiellement la saison des fêtes à Sherbrooke dimanche après-midi.

En effet, de minuscules flocons blancs commençaient à parsemer le ciel vers 16 h 15 dimanche soir au moment où le traditionnel Défilé du père Noël de Sherbrooke tirait à sa fin à l'angle de la 13e Avenue et de la rue King Est.

Mais à l'autre bout du trajet, à l'intersection des rues Wellington et Frontenac, les familles s'installaient tout juste sur les trottoirs, s'apprêtant à admirer la parade.

Cette année, pour préparer les enfants à cette soirée, l'organisation de l'événement avait imaginé une histoire sous forme de capsules vidéo. Dans celles-ci, on apprenait que, par malheur, un vilain virus s'était attaqué au père Noël, ce qui compromettait sa présence au Défilé. Le généreux barbu confiait donc la tâche à Spatule, l'un de ses lutins les plus maladroits, de sauver l'événement en le remplaçant.

Toujours dans les vidéos, Spatule devait apprendre à clamer un « Ho! Ho! Ho! » convaincant, à conduire le traîneau et à distribuer les cadeaux, trois leçons qu'il arrivait difficilement à maîtriser.

Vers 16 h 45 dimanche, alors que les enfants piaffaient d'impatience à la toute fin du parcours prévu pour le défilé, plusieurs d'entre eux se demandaient bien si le père Noël allait être assez en forme pour se présenter, ou s'ils devraient se contenter des plaisanteries de Spatule.

Ainsi, quand celui-ci est apparu sur la rue Wellington Nord monté sur un GeeBee - ce deux-roues électrique semblable à un vélo - tous les yeux étaient rivés sur lui. Et lorsqu'il a annoncé, à l'aide de son porte-voix, que le père Noël s'était presque complètement remis de son rhume et qu'il arriverait bel et bien à Sherbrooke ce soir-là, des cris de joie ont aussitôt jailli de la foule.

C'est dans l'allégresse la plus totale que le lutin à lunettes a été suivi par des dizaines de chars allégoriques de même que plusieurs fanfares, troupes de danse, cheerleaders et mascottes. Le regard des petits s'illuminait chaque fois qu'un ange ou qu'un bonhomme en pain d'épices leur envoyait la main. Bref, à moins d'être le Grinch, on n'avait d'autres choix que d'être emporté par l'esprit des Fêtes qui régnait alors au centre-ville.

La fébrilité était à son comble lorsque le père et la mère Noël sont enfin arrivés à la place des Moulins sur leur immense traîneau de glace, qui s'est arrêté face au sapin de la Ville. Puis, au signal du père Noël, des lumières multicolores ont enflammé l'imposant conifère et le ciel s'est éclairé de dizaines de feux d'artifice rouges et verts.

À la vue des gens qui se serraient les uns contre les autres devant le sapin, le grand traîneau et le ciel illuminés, on se disait que l'attente avait assurément valu la peine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer