Le retour de Cowboys n'enchante pas les gens d'affaires

Le président de l'Association des gens d'affaires du... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le président de l'Association des gens d'affaires du centre-ville, Jean-François Bédard, déplore les faibles retombées du spectacle Cowboys, même s'il admet qu'il s'agit d'un spectacle de qualité. « On dit que 9 personnes sur 10 sont venues d'abord pour voir le spectacle. Mais elles viennent pour le spectacle et repartent tout de suite après. Ce n'est pas bon pour nous et ce n'est pas bon pour la ville », juge-t-il.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) « J'ai du respect pour la persévérance, mais je n'en ai pas pour l'acharnement. » Telles sont les paroles du président de l'Association des gens d'affaires du centre-ville, Jean-François Bédard, quand vient le temps de commenter le bilan 2016 de la place Nikitotek. Jamais vraiment convaincu de la portée du spectacle Cowboys de Québec Issime, M. Bédard persiste et signe.

En réalité, l'homme d'affaires estime qu'il y a probablement un problème plus profond à la place Nikitotek. « Il y a eu plusieurs spectacles différents, mais il n'y a jamais eu de coup de circuit. Il doit y avoir un dénominateur commun. Est-ce que le meilleur spectacle, c'est Cowboys? J'en doute! Ce n'est pas que je n'aime pas le country. C'est un spectacle de qualité, mais quand les gens n'adhèrent pas, il ne faut pas s'acharner. C'est une question de crédibilité. »

Même si une étude réalisée par Extract Marketing révèle des retombées économiques de 1,2 M$, Jean-François Bédard doute que les commerçants du centre-ville en bénéficient. « On dit que 9 personnes sur 10 sont venues d'abord pour voir le spectacle. Mais elles viennent pour le spectacle et repartent tout de suite après. Ce n'est pas bon pour nous et ce n'est pas bon pour la ville. C'est la même chose pour les groupes, qui remontent dans les autobus à la fin du spectacle. Je confirme que les retombées n'ont pas été profitables au centre-ville. Personne n'a fait une année record, même si nous avons eu une bonne année. »

M. Bédard ne comprend pas que l'argument de vente pour Cowboys, qui sera de retour en 2017, sera celui de la dernière chance. « Ça n'a jamais été plein. Moi j'exigerais qu'on change de spectacle. Les autres villes trouvent des moyens de faire des choses qui attirent les gens, alors qu'ici on s'obstine à présenter des spectacles devant des salles à moitié vides. »

Pour le président de l'Association de gens d'affaires du centre-ville, l'abondance de spectacles ailleurs au Québec n'est pas une excuse qui tienne pour expliquer les statistiques en baisse l'été dernier. « C'est toujours de la faute des autres. On ne vise pas assez haut. »

Rappelons que le spectacle Cowboys a connu une baisse d'achalandage de 20 % en 2016. L'investissement de la Ville dans la place Nikitotek se chiffre à 336 000 $, soit 186 000 $ pour l'ouverture et la fermeture du site et 150 000 $ en campagne promotionnelle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer