Julien Lachance préoccupé par l'ampleur de la masse salariale

Le conseiller Julien Lachance avait sonné l'alarme lors... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le conseiller Julien Lachance avait sonné l'alarme lors du dépôt du budget 2015 et sa préoccupation est demeurée la même depuis : la masse salariale de la Ville pèse lourd sur le budget.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le conseiller Julien Lachance avait sonné l'alarme lors du dépôt du budget 2015 et sa préoccupation est demeurée la même depuis : la masse salariale de la Ville pèse lourd sur le budget. Les augmentations de salaire consenties aux cols bleus, comme celles offertes aux employés d'Hydro-Sherbrooke et au personnel cadre, soulèvent pour lui des questions.

« Je ne sais pas encore comment je vais me positionner. Il fait voir comment les gens qui ont négocié en sont arrivés à ce résultat. Il faut aussi considérer les nouveaux éléments apportés par le gouvernement, qui semblent amener un meilleur équilibre dans les négociations. Seulement, plus on reporte les solutions dans le temps, plus la différence entre l'inflation et les salaires se creuse. Plus nous attendons, plus il sera difficile de retrouver un différentiel acceptable », commente M. Lachance.

En décembre 2014, le conseiller avait suggéré un gel de salaire de deux ans. Le président du comité exécutif, Serge Paquin, avait rétorqué que la Ville ne disposait pas des outils nécessaires pour encadrer les salaires.

Dans les dernières années, la Ville a creusé l'écart de façon considérable, selon M. Lachance. Il cite le taux d'inflation qui oscille autour de 0,6 % à l'heure actuelle, alors que des augmentations de 2 % sont consenties.

« Il faudra qu'on me donne d'autres informations. Ce n'est pas particulièrement en lien avec les cols bleus, mais en rapport avec tous les employés. Si on donne cette augmentation aux cols bleus à ce stade-ci, je ne vois pas comment on sera capables de ne pas le donner aux autres ensuite. »

Julien Lachance rappelle que les salaires constituent le poste budgétaire à surveiller de façon serrée.

« Si on ne le gère pas comme il faut, c'est là que la majorité de notre argent passera. »

Le conseiller sera donc attentif aux détails des conventions qui pourraient être approuvées au conseil municipal lundi. « Pour le moment, je suis très préoccupé. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer