Well Inc: l'ancienne auberge Ecobeat pourrait échapper à la Ville

Même si la Ville de Sherbrooke a déposé... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Même si la Ville de Sherbrooke a déposé une promesse d'achat de 320 000 $, l'ancienne auberge de jeunesse Ecobeat, sur la rue Wellington Sud, fait l'objet d'un nouvel appel d'offres dont le montant minimum a été fixé à 345 000 $.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(Sherbrooke) La Ville de Sherbrooke devra vraisemblablement bonifier son offre si elle souhaite toujours devenir propriétaire de l'ancienne auberge de jeunesse Ecobeat, sur la rue Wellington Sud, aux portes de son futur quartier de l'entrepreneur.

Sa promesse d'achat de 320 000 $ est en suspens le temps d'un nouvel appel d'offres public, dont le montant minimum a été fixé par la Cour supérieure à 345 000 $.

En vertu de ce jugement, si aucune offre valable d'un montant minimum de 345 000 $ n'est reçue d'ici le 22 novembre à 16 h, l'immeuble sera alors vendu à la Ville au montant de 320 000 $.

Le président du comité exécutif Serge Paquin convient qu'il y a un risque que le bâtiment échappe à la Ville et passe aux mains d'un spéculateur, maintenant que l'ambitieux projet baptisé Well inc. a été dévoilé. Il refuse toutefois de se prononcer sur la pertinence de mettre plus d'argent sur la table.

« Il n'y a rien d'arrêté à cet égard, assure-t-il. On a jusqu'au mardi 22 pour décider. Le comité exécutif va se pencher là-dessus et faire sa recommandation au conseil municipal lundi. Il y a une gestion de risque à faire dans ce dossier. »

Même s'il est voisin immédiat de la zone visée pour Well inc., le 138-146 rue Wellington Sud n'est pas ciblé pour un projet précis ni pour la démolition, précise M. Paquin. La Ville a déposé une promesse d'achat au début d'octobre dans un seul objectif de réserve foncière.

« On a vu ce bâtiment-là comme une opportunité puisqu'il s'agissait d'une vente en justice en deçà du prix de l'évaluation municipale. »

Courra-t-elle le risque qu'il soit acquis par un tiers dans un seul but de spéculation?

« C'est la dernière chose qu'on voudrait qu'un promoteur s'assoit dessus en attendant que Well inc. fasse augmenter la valeur foncière. L'enjeu est à ce niveau-là », dit M. Paquin.

Rappelons que le projet de quartier de l'entrepreneur dévoilé par la Ville le mois dernier implique la démolition de cinq bâtiments et la construction de deux édifices où seraient relocalisés plusieurs organismes de développement économique.

Voisine de cette zone, l'auberge de jeunesse Ecobeat a fermé ses portes, quant à elle, à la fin de 2015, après un peu plus de deux ans d'opération, parce que son modèle d'affaires n'était pas rentable.

Les deux propriétaires originaux avaient acquis l'immeuble pour 550 000 $ et ont apporté plusieurs améliorations au bâtiment pour des investissements totaux évalués à 1,2 million $.

Le bâtiment de quatre étages est actuellement évalué à 759 300 $ et son terrain de 397,10 m2 à 57 600 $ pour un total de 816 900 $.

La liste d'une dizaine de créanciers comprend essentiellement des entrepreneurs en construction. Ils se sont adressés au tribunal à quelques reprises depuis un an pour modifier les conditions de vente, et plus particulièrement la valeur de l'immeuble.

L'ouverture des offres doit avoir lieu le 22 novembre à 16 h 1.

- Avec Jonathan Custeau

Partager

À lire aussi

  • Le projet Well inc. soulève l'enthousiasme

    Affaires

    Le projet Well inc. soulève l'enthousiasme

    L'équipe de Well inc. a reçu un accueil enthousiaste de la vingtaine de commerçants de la rue Wellington Sud rencontrés au cours des deux dernières... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer