Hébert ne sera pas de la course au rectorat

Réjean Hébert... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Réjean Hébert

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Après avoir songé sérieusement à se présenter, Réjean Hébert ne sera pas de la course au rectorat de l'Université de Sherbrooke.

L'ancien ministre de la Santé et des Services sociaux et doyen de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke dit avoir pris cette décision à la suite d'une réflexion sérieuse.

« J'ai mené la réflexion que je souhaitais faire à la fin de l'été et au début de l'automne et j'ai étudié le document présentant le profil du candidat et l'analyse des besoins de la communauté universitaire de Sherbrooke», déclare-t-il dans un communiqué de presse diffusé mardi après-midi.

«Je suis étonné de constater que, contrairement à la tradition universitaire, on ne recherche pas nécessairement un universitaire chevronné. Je remarque aussi qu'il s'en dégage une orientation marquée pour le volet gestion et consolidation.»

M. Hébert mentionne qu'il aurait préféré que l'élaboration et la réalisation d'un plan de développement pour l'Université de Sherbrooke auraient été pour lui source d'intérêt pour poser sa candidature.

«Le développement d'une vision d'envergure pour l'Université de Sherbrooke arrive au 4e rang des priorités étudiées par les 1869 répondants au questionnaire», dit-il.

« Actuellement, le contexte universitaire et, plus largement, celui de l'éducation sont difficiles. Comme membre de la grande communauté universitaire, je souhaite que les universités amorcent une réflexion sur leur avenir et sur leur développement. Elles doivent se repositionner comme de véritables vecteurs de changement pour le développement d'une société plus prospère et en meilleure santé.»

Réjean Hébert ajoute vouloir continuer son travail à l'École de santé publique de l'Université de Montréal afin «de former les futurs administrateurs du réseau de la santé pour qu'ils soient prêts à prendre le relais lorsque la période d'austérité et de morosité actuelle sera révolue. »

On se souvient que l'actuel doyen de la faculté de médecine et des sciences de la santé, Dr Pierre Cossette, sera candidat au rectorat.

En septembre, Réjean Hébert avait confirmé qu'il réfléchissait sérieusement à la possibilité de se lancer dans la course.

L'ancien recteur Bruno-Marie Béchard Marinier réfléchit aussi à l'idée de revenir reprendre les rênes de l'institution, qu'il a dirigée de 2001 à 2009. Le nom du doyen de la faculté de droit, Sébastien Lebel-Grenier, a également circulé.

Le deuxième mandat de la rectrice Luce Samoisette se terminera le 31 mai 2017. La personne qui lui succédera entrera en fonction le 1er juin 2017.

L'élection n'aura lieu qu'en mars prochain. Les candidatures retenues seront rendues publiques en février. Un collège électoral a été formé, de même que le comité de mise en candidature.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer