Cinq élus réclament le retrait de Paquin du comité exécutif

Les conseillers Jean-François Rouleau, Pierre Tardif, Annie Godbout,... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Les conseillers Jean-François Rouleau, Pierre Tardif, Annie Godbout, Hélène Dauphinais et Marc Denault ont réclamé la démission de Serge Paquin à la présidence du conseil ainsi que comme président du comité exécutif dimanche.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Cinq élus indépendants de Sherbrooke réclament la démission de Serge Paquin à la présidence du conseil municipal ainsi que comme président du comité exécutif, à la suite de son départ du Renouveau sherbrookois.

La Tribune rapportait samedi que Serge Paquin quittait le parti, qu'il avait joint en 2013, pour des raisons techniques, soit pour permettre à sa conjointe Isabelle Sauvé, greffière à la Ville, d'assurer la présidence des prochaines élections municipales. Même si Serge Paquin prétend que sa manoeuvre permet de rayer toute apparence de conflit d'intérêts, ce n'est pas l'avis d'Hélène Dauphinais, d'Annie Godbout, de Jean-François Rouleau, de Pierre Tardif et de Marc Denault, qui ont uni leur voix pour décrier la situation dimanche.

« C'est une fausse démission, parce qu'il garde tous ses pouvoirs réels et d'influence et garde tous ses salaires. La seule chose qu'il fait, c'est qu'il dit qu'il déchire sa carte du parti, mais ça fait trois ans qu'il travaille main dans la main avec le parti de M. [Bernard] Sévigny. Là, parce qu'il déchire sa carte, ça changerait tout ? », questionne Hélène Dauphinais.

Les conseillers indépendants ont rappelé que Serge Paquin a été nommé président du comité exécutif par le maire lui-même, alors qu'il était commun que le choix soit plutôt fait par l'ensemble du conseil municipal. En plus de son salaire de conseiller, Serge Paquin touche une prime de près de 33 000 $ pour ses postes de président du conseil (12 643 $) et de président du comité exécutif (20 113 $). La présidence des élections municipales permettrait à Isabelle Sauvé de toucher quant à elle une prime d'environ 25 000 $. 

« On sent que le ton monte »

« Il faut être prudent. Mme Sauvé nous dit elle-même tout le temps qu'on gère des perceptions, et celle-là est plutôt difficile à faire avaler à la population », déplore Marc Denault.

« On ne veut aucunement remettre en question le professionnalisme de Mme Sauvé. Mais si on regarde les dernières semaines, on sent que le ton monte à l'approche des élections. Dans six mois, quand le maire sera à ses occupations de chef du Renouveau en plus d'être président de l'Union des municipalités du Québec, ça donnera encore plus de place au président du conseil et au président du comité exécutif. Est-ce qu'il va s'assurer de régler les problèmes en lien avec la réalisation du programme du parti ou l'administration municipale ? C'est ça la question », ajoute le conseiller du district de Montcalm.

Les conseillers indépendants suggèrent qu'un autre membre du Renouveau sherbrookois occupe les postes tenus par M. Paquin ou que sa conjointe abandonne tout simplement son projet d'être présidente des élections.

« On ne peut pas intégrer ou sortir d'un parti au gré des intérêts du ménage, mentionne Pierre Tardif. On voit que le parti politique est là pour se servir et non pour servir la population. »

« Si on avait un maire qui faisait preuve de leadership, Serge Paquin ne serait plus assis là », soutient Jean-François Rouleau.

Une demande «insipide» des élus indépendants, dit le maire

Bernard Sévigny, qualifie d'« insipide » la demande des élus indépendants invitant Serge Paquin à quitter ses fonctions de président du conseil municipal et de président du comité exécutif en même temps qu'il démissionne du Renouveau sherbrookois.

« Je ne comprends pas une posture politique comme celle-là, déclare M. Sévigny, maire de Sherbrooke et président du Renouveau sherbrookois. Le fondement de cette demande manque beaucoup de rigueur : il faut savoir de quoi on parle quand on parle de transparence, de conflit d'intérêts et d'éthique. »

« Serge Paquin était président du conseil et président du comité exécutif à titre d'indépendant dans le mandat précédent, il a fait trois ans comme membre du Renouveau sherbrookois, et là, il va faire la dernière année à titre d'indépendant à nouveau. Je ne vois pas le problème. Il va faire la dernière année exactement comme le premier mandat, au cours duquel Denault, Rouleau et Tardif étaient là, et ils n'ont jamais dit un mot, ils n'ont jamais remis ça en question. »

Le maire de Sherbrooke affirme ne pas comprendre « sur quelle base » les élus indépendants exigent la démission de M. Paquin. Selon lui, ceux-ci devraient plutôt se réjouir du fait que le comité exécutif comptera désormais trois élus indépendants plutôt que deux.

« M. Paquin démissionne, comme il l'a expliqué, pour des questions techniques de clarté - parce qu'on ne parle pas de conflit d'intérêts dans ce cas-là - et [les élus indépendants] demandent qu'ils se retirent, alors qu'ils n'ont jamais trouvé que c'était un problème dans les trois dernières années. Je ne vois pas la logique. »

Majorité des indépendants

Quant à la nouvelle majorité des élus indépendants au conseil municipal créée par le départ de Serge Paquin, les membres du Renouveau sherbrookois sont unanimes : cette situation n'aura absolument aucune incidence.

« Ça ne changera rien au déroulement du conseil, parce que de la partisanerie, je pense qu'il n'y en a pas vraiment eu dans les sept dernières années, indique le conseiller Bruno Vachon. Je sais qu'il n'y a aucun dossier qui a été battu seulement par les membres du Renouveau sherbrookois. »

« La très grande majorité des décisions sont prises unanimement, et quand il y a des dossiers à forte charge politique, ça finit, la plupart du temps, 16 contre 4 ou 17 contre 3. Toutes les décisions se prennent sur le mérite du dossier », précise Bernard Sévigny.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer