Un des plus vieux clubs d'âge d'or met fin à ses activités

Fabiola Guimond Paquin a longtemps été présidente du... (Spectre média, René Marquis)

Agrandir

Fabiola Guimond Paquin a longtemps été présidente du Club de l'âge d'or Perpétuel-Secours.

Spectre média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'un des plus vieux clubs d'âge d'or de Sherbrooke se voit forcé de mettre fin à ses activités faute de participants.

Le Club de l'âge d'or Perpétuel-Secours a l'intention de demander sa dissolution au Registraire des entreprises du Québec. Il avait été fondé au milieu des années 1970.

Sa présidente Micheline Grondin explique que l'organisme est essentiellement un club de bridge depuis plusieurs années. « C'est trop sérieux le bridge », dit-elle pour expliquer cette décision.

« Les gens veulent s'amuser et le bridge c'est sérieux comme les échecs. »

Quand on lui dit que la décision étonne compte tenu du vieillissement de la population, Mme Grondin répond que « les jeunes, les retraités de 60 à 70 ans », veulent s'adonner à des activités qui bougent plus, comme le plein air.

Le Club de l'âge d'or Perpétuel-Secours, qui ne fait pas partie du réseau FADOQ, compte une trentaine de membres, mais seulement une poignée de personnes sont assidues.

« Les personnes vieillissent. On manque de membres. Les personnes se retrouvent dans d'autres organismes », dit-elle.

25 ans à la présidence

Longtemps présidente de l'organisme, Fabiola Guimond Paquin a eu un pincement au coeur qu'elle a appris la nouvelle. Mais la dame de près de 93 ans s'y attendait un peu.

« J'ai été membre en 1982, je travaillais encore. Quand j'ai arrêté de travailler, je me sentais comme un membre inutile », se souvient l'énergique nonagénaire.

« Mais quand on m'a demandé de faire partie du bureau de direction, j'ai dit oui, j'étais contente. On avait besoin de moi! »

Au cours de quelques mandats, Mme Guimond Paquin aura été présidente pendant 25 ans. Elle voulait laisser la place à d'autres membres. « Je revenais tout le temps. On me demandait de revenir tout le temps! J'aimais ça », déclare-t-elle.

Sous sa gouverne, le Club de l'âge d'or Perpétuel-Secours a déjà eu 300 membres. Diverses activités étaient organisées. On a introduit, entre autres, la danse en ligne. « Il ne fallait pas juste jouer aux cartes », lance-t-elle en riant.

« La danse en ligne, ça plait beaucoup aux femmes seules. On faisait nos danses au parc Victoria. C'était magnifique, avec la nature autour. »

Fabiola Guimond Paquin a aussi apprécié organiser des voyages « d'un jour » à travers la province et des soupers spéciaux pour le club. « Quand j'y pense aujourd'hui je me rends compte que c'était beaucoup d'ouvrage », note-t-elle.

« C'était quasiment un emploi à temps plein. »

Pas une tendance

Ce n'est pas chose coutumière de voir un club de l'âge d'or cesser ses activités, comme le fait celui du Perpétuel-Secours à Sherbrooke.

Selon le Réseau FADOQ (anciennement Fédération de l'Âge d'Or du Québec) le nombre de clubs s'est maintenu à entre 760 et 780 clubs au Québec au cours des dernières années.

« Il peut y avoir des fusions et de naissances de clubs », fait remarquer Danis Prud'homme de directeur général du regroupement.

« Le nombre de membres a doublé depuis que je suis en poste, il y a huit ans. Nous sommes rendus à 475 000 au Québec. »

Il n'y a donc pas de mouvement de fermetures de club au Québec ni en Estrie. Dans la région, on compte 30 000 personnes de 50 ans et plus réunies dans des clubs de la FADOQ. Il était de 15 000 il y a huit ans, ajoute M. Prud'homme.

Des fois, ajoute-t-il, des municipalités vont demander à des clubs présents sur leur territoire de fusionner. Des clubs vont s'échanger des activités pour satisfaire le plus de membres possible.

La gamme des activités offertes justement s'est de beaucoup diversifiée avec le temps, dit le directeur général. Les membres recherchent des occasions de bouger. Par exemple, le plein air et le sport figurent davantage dans les programmes des clubs.

« Nous avons même des tournois de hockey », affirme-t-il. Des randonnées de vélo sur deux ou trois jours. »

« On a même un tournoi majeur de pétanque. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer