Serge Paquin quitte le Renouveau sherbrookois

Les élus indépendants sont maintenant majoritaires au conseil... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les élus indépendants sont maintenant majoritaires au conseil municipal de Sherbrooke. Le conseiller Serge Paquin a acheminé sa lettre de démission au Renouveau sherbrookois pour des raisons techniques afin de laisser la voie libre à sa conjointe, la greffière Isabelle Sauvé, qui doit assurer la présidence de la prochaine élection municipale.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les élus indépendants sont maintenant majoritaires au conseil municipal de Sherbrooke. Vendredi matin, le conseiller Serge Paquin, également président du comité exécutif, a officiellement acheminé sa lettre de démission du Renouveau sherbrookois au président du parti, le maire Bernard Sévigny. Il conservera toutes ses fonctions, autant au comité exécutif qu'au conseil d'administration de Destination Sherbrooke.

Celui qui célèbre ces jours-ci 26 ans de vie politique explique d'emblée que cette démission n'est motivée que par des raisons techniques. « Le seul motif, et il n'y en a pas d'autres, c'est le rôle d'Isabelle [Sauvé], qui occupe le poste de greffière depuis 13 ans. La loi prévoit que c'est elle qui doit assurer la présidence de l'élection municipale », explique M. Paquin.

Mme Sauvé et M. Paquin sont en couple depuis 21 ans. Le conseiller municipal, qui ne sollicitera pas de nouveau mandat en novembre 2017, souhaitait éviter toute apparence de conflit d'intérêts. « En 2013, à la suite de mon adhésion au parti, elle avait pris la décision de renoncer à sa fonction. Dans les élections précédentes, les fois où elle a assumé la présidence de l'élection, il y avait toujours un avocat privé qui était attitré à mon district électoral. À partir du moment où j'adhère à un parti, où je m'implique dans l'ensemble de la campagne municipale, elle sentait l'obligation de renoncer complètement à sa fonction. »

Serge Paquin souligne qu'il s'agit là de la raison mentionnée dans sa lettre de démission pour expliquer son geste. « Je n'ai plus de motifs électoraux puisque j'ai déjà annoncé publiquement que je ne me représenterais pas. Je n'aurai aucune implication directe ou indirecte dans la campagne. J'aime mieux que personne ne puisse invoquer l'apparence de conflit d'intérêts. J'ai voulu éviter tout doute à cet égard. Je n'aurai aucune activité partisane. À titre de président du conseil, je me suis toujours abstenu de participer au caucus du parti avant les réunions. Je n'aurai plus aucune participation aux instances du parti. »

Le conseiller du Centre-Sud le martèle : « Il est très clair dans ma lettre de démission que ma décision n'est liée qu'à cette situation-là. J'ai assuré le maire que je continuerai de consacrer toutes mes énergies à mes fonctions et j'assumerai pleinement mon rôle de conseiller jusqu'à la dernière minute. Il y a trois ans, ma conjointe a fait un sacrifice pour moi. Je ne veux pas lui imposer une deuxième fois. La présidence d'élection est une tâche qu'elle a toujours aimée. Ce sera sa dernière chance d'assumer ce mandat parce qu'elle prendra sa retraite. »

Serge Paquin voulait éclaircir la situation à un an des élections puisque le processus électoral sera enclenché sous peu.

Le politicien avance avoir toujours été extrêmement prudent pour éviter l'apparence de conflit d'intérêts. « Je n'ai pas entendu de reproches au conseil. Au fil des 21 dernières années, je ne me souviens pas qu'un élu l'ait évoqué. Le professionnalisme d'Isabelle est bien reconnu. Pour les contrats de cadres, je déclarais mon intérêt. S'il y avait des demandes budgétaires particulières pour les services juridiques, je me retirais des discussions. Nous nous sommes toujours gouvernés en délimitant bien nos relations personnelles et professionnelles. Tout a été fait au vu et au su de tous. »

Serge Paquin ne sera donc plus tenu de voter avec les autres membres du parti sur les engagements électoraux du Renouveau sherbrookois. Il doute toutefois que cette nouvelle situation fasse une différence. « Il n'y a aucun vote qui soit passé seulement avec l'appui des conseillers du Renouveau. Il n'y a jamais plus de quatre ou cinq opposants. »

Si le fait de quitter le Renouveau sherbrookois est une étape de plus vers la fin de sa carrière politique, Serge Paquin ne s'émeut pas outre mesure que la fin de son mandat approche. « Ça fait longtemps que j'ai pris cette décision. Je ne reviendrai pas en arrière. C'est tellement clair dans ma tête. Je suis le genre d'individu qui regarde en avant. Il n'y a pas de nostalgie. »

Le politicien dit avoir toujours apprécié son travail, qu'il savourera jusqu'au dernier jour. Il ne ressent aucun regret de partir au moment où le centre-ville, au coeur de son district, connaîtra de grands changements avec la mise sur pied du quartier Well inc. « Nous mettrons le projet sur les rails. Le travail sera bien enclenché. Ce sera aux autres de prendre le relais. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer