Une Sherbrookoise médecin de l'année au Québec

Dre Marie Hayes... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Dre Marie Hayes

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Une Sherbrookoise a été nommée médecin de famille de l'année au Québec par le Collège des médecins de famille du Canada.

Dre Marie Hayes pratique la médecine depuis 30 ans, est cofondatrice et copropriétaire de la Clinique de santé Jacques-Cartier et elle s'est distinguée pour son engagement, sa compassion et son leadership en santé mentale.

«Je suis très honorée et en même temps surprise de recevoir un prix comme celui-là, réagit-elle. C'est intéressant parce que ça met en lumière le rôle du médecin de famille dans notre communauté et ça reflète aussi le beau milieu dans lequel on travaille ici à la clinique. Ça rejaillit sur toute notre équipe.»

Sherbrookoise d'origine, Marie Hayes a choisi la médecine familiale avec l'idée de dispenser des soins globaux, sur toute la vie des gens.

«Mes parents étaient très impliqués dans la communauté, mon père comme commissaire d'école et ma mère comme bénévole, et je pense que c'est ça qui m'a donné la piqûre de la médecine de famille. On est forcément impliqué dans notre communauté quand on est médecin de famille.»

Dans la région rurale de Pontiac d'abord, où elle a amorcé sa carrière, puis de retour à Sherbrooke depuis plus de 20 ans, elle a touché à la médecine d'urgence, à l'obstétrique et aux soins de longue durée, tout en gérant sa propre clinique et en s'intéressant aux soins palliatifs et aux soins à domicile.

«Je suis très chanceuse d'avoir pratiqué la médecine de famille à un moment où c'était possible pour les médecins de famille de s'impliquer dans toutes les facettes de soins que les gens reçoivent, dit-elle.

«Je trouve qu'on a une santé, dont une partie est physique et l'autre partie est mentale, et c'est très important d'intégrer les soins des deux facettes.»


C'est ce que je voulais cette possibilité d'avoir des parcours où est en mesure d'assurer une continuité dans les soins aux patients. 

«Actuellement, dans ma pratique, j'ai des patientes que j'ai mis au monde et qui sont maintenant de jeunes adultes que je continue à suivre. Je trouve aussi intéressant de suivre plusieurs générations de la même famille et d'intégrer toutes les facettes de la personne, sa santé physique, sa santé mentale, et l'implication de cette santé sur le fonctionnement de la personne dans sa communauté.»

Cette préoccupation pour la santé mentale des patients teinte non seulement la pratique du Dre Hayes mais également son enseignement, puisqu'elle agit comme médecin responsable du programme d'enseignement en santé mentale de l'Unité de médecine familiale de Jacques-Cartier, qui forme six médecins de famille par deux ans, et comme professeur clinique à l'Université de Sherbrooke. 

De plus, elle est membre du Comité de programme sur la santé mentale du CMFC et de deux groupes de travail qui se penchent sur les soins de collaboration en santé mentale et sur l'intégration des soins de santé mentale dans les soins de première ligne. 

«Je trouve qu'on a une santé, dont une partie est physique et l'autre partie est mentale, et c'est très important d'intégrer les soins des deux facettes.»

«Je travaille très fort, conclut-elle, comme tous les médecins de famille, et je me fais un plaisir de le faire parce que l'être humain me fascine.»

Dre Hayes recevra son prix à Vancouver, le 11 novembre, au Forum en médecine familiale du CMFC qui se tient dans le cadre de la Semaine du médecin de famille. Le Collège honorera à cette occasion un médecin de famille par province.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer