Le centre-ville encore loin d'une flambée des prix

On est encore loin d'assister à une augmentation importante du prix des loyers... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) On est encore loin d'assister à une augmentation importante du prix des loyers au centre-ville de Sherbrooke même si le projet Well Inc. connaît une grande popularité.

C'est l'opinion que tient à formuler le directeur général de Commerce Sherbrooke. «Le risque est faible que l'on connaisse une flambée des prix au centre-ville», déclare Gilles Marcoux.

«Le taux de vacances des locaux est de 25 pour cent. Il y a au centre-ville des coopératives d'habitation et des logements sociaux. Des organismes sont maintenant propriétaires de leur immeuble.»

La question des prix des locaux commerciaux et autres au centre-ville est soulevée depuis que la direction du Kapzak a annoncé la fermeture du bistro à compter de samedi. Dans La Tribune de lundi, le chef Jason Kacprzak se demandait si le propriétaire du local situé sur la Wellington Sud n'avait pas été influencé par l'annonce du projet Well Inc dans la négociation du renouvellement du bail.

Des organismes comme la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue, qui loge au coin King et Wellington, et Le Tremplin 16-30, tirent la sonnette d'alarme. Si le prix des loyers augmente, bien des choses vont changer au centre-ville. On craint aussi l'embourgeoisement du secteur.

M. Marcoux ne craint pas «une gentrification» du centre-ville. Le développement du Quartier des entrepreneurs doit se faire «en multipliant les forces» et non en excluant des membres des parties prenantes ayant pignon sur rue au centre-ville.

«Il n'y a pas matière à s'emballer. Comme urbaniste de formation, je peux dire que nous sommes loin du phénomène qu'on retrouve sur le plateau à Montréal», dit-il.

«On ne retrouve pas les mêmes conditions du tout.»

Concernant la fermeture annoncée du bistro Kapzak, Gilles Marcoux veut apporter des nuances. Il déplore la perte d'un commerce qui offrait un produit distinctif et de qualité au centre-ville. «À ce que je sais, les discussions sur le renouvellement du bail ont débuté il y a quelques mois, alors que le projet Well Inc. a été dévoilé au début du mois d'octobre», explique-t-il.

«Il faut faire attention. Il y a des raisons personnelles dans la décision de fermer les portes du restaurant. Et ce n'est pas évident que le propriétaire du local a décidé d'un coup d'augmenter le loyer juste parce que le projet Well Inc. a été annoncé.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer