Projet Well inc.: des élus réclament plus de transparence

Que la Ville de Sherbrooke se lance dans... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Que la Ville de Sherbrooke se lance dans un projet aussi ambitieux que le Quartier de l'entrepreneur sans avoir déposé un plan d'affaires au conseil municipal offusque et inquiète les conseillères Hélène Dauphinais et Annie Godbout.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(Sherbrooke) Que la Ville de Sherbrooke se lance dans un projet aussi ambitieux que le Quartier de l'entrepreneur sans avoir déposé un plan d'affaires au conseil municipal offusque et inquiète les conseillères Hélène Dauphinais et Annie Godbout.

Hélène Dauphinais... (Archives, La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Hélène Dauphinais

Archives, La Tribune

Annie Godbout... (Archives, La Tribune) - image 1.1

Agrandir

Annie Godbout

Archives, La Tribune

Elles l'ont à nouveau fait savoir, à l'assemblée publique de lundi, en réclamant pour une la liste de tous les gens qui avaient été mis au courant du projet avant les élus, et pour l'autre un dossier détaillé avant le lac-à-l'épaule budgétaire des 25 et 26 novembre prochain.

À la période des messages, Mme Dauphinais a d'abord redit sa déception, comme élue, d'avoir été tenue à l'écart du montage de tout le projet alors que devant la Chambre de commerce de Sherbrooke, au lendemain de la présentation au conseil municipal, plus d'une quinzaine de partenaires sortaient de l'ombre.

« C'est quand même important comme projet, a-t-elle dit, on commence avec des acquisitions pour lesquelles on a réservé 4 millions $, on sait que ça va s'étendre sur plusieurs années. On compare ça au Quartier Saint-Roch à Québec, où ça fait 20 ans qu'il y a des investissements et où ce n'est pas encore terminé. On s'embarque là-dedans pour longtemps et nous (les élus qui ne siègent pas au comité exécutif), en trois jours, il fallait se décider. »

Se disant insatisfaite des raisons qui ont été données aux élus pour expliquer tout ce secret, Mme Dauphinais a réclamé la liste des gens qui étaient au courant du projet.

« Commerce Sherbrooke, Progestion, la Corporation de développement économique communautaire déménagent-là. L'Université et le Cégep ont des projets à présenter devant la Chambre de commerce 24 heures après l'annonce publique? Ça fait pas mal de gens qui le savaient. (...) Je trouve que ça manque d'égard pour notre fonction et pour les citoyens qui nous ont élus. »

Sa collègue Annie Godbout a renchéri en soulevant plusieurs questions restées sans réponses à propos de Well inc., notamment les orientations budgétaires, le plan d'affaires, l'échéancier et l'organisme qui pilotera le projet.

« À partir de maintenant, vous devez faire preuve de transparence, Monsieur le maire, et mobiliser tout le conseil municipal pour ce projet important pour la ville de Sherbrooke », a-t-elle lancé.

« Si on avait à refaire les choses, on les referait exactement de la même façon, a répliqué d'emblée le président du comité exécutif Serge Paquin. Ce n'est pas du tout un geste de non-confiance à l'égard des autres élus. »

La discrétion entourant le projet était nécessaire pour se protéger d'une hausse de prix artificielle des cinq immeubles visés et si les partenaires étaient au courant des grandes lignes du projet, ils n'en connaissaient pas les implications immobilières, assure-t-il.

« Malgré ces précautions, dans une des transactions, un des propriétaires a clairement mentionné avoir eu vent du projet et son prix a augmenté de 25 pour cent. Pour nous, il était évident que si ce projet était traité en atelier de travail, malheureusement ça allait couler et se traduire par des coûts plus importants pour les contribuables », a ajouté Serge Paquin.

« Ne me demandez pas d'avoir des états provisionnels pour les dix prochaines années, je n'en ai pas, ça n'existe pas et ça n'existera pas non plus », a enchaîné le maire Bernard Sévigny, en expliquant que maintenant que l'impulsion municipale avait été donnée, il revenait aux partenaires de travailler sur leur projet.

« On a réussi à convaincre des partenaires d'adhérer à ce concept, et les projets vont arriver dans les prochains mois, les prochaines années. Ce n'est pas moi qui vais vous annoncer comment tel ou tel partenaire va présenter son projet sur Wellington Sud. »

« Chose certaine, par contre, chacune des décisions qui seront prises par le conseil municipal et qui concernent le conseil municipal sera amenée au conseil municipal, que ce soit dans l'exercice budgétaire qui s'en vient où vous serez à même d'apprécier les éléments qui seront déposés au cours des prochaines semaines », a conclu M. Sévigny.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer