Résidence Murray: les citoyens feront confiance aux élus pour trancher

Les citoyens qui démontraient des réticences devant le projet d'agrandissement... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les citoyens qui démontraient des réticences devant le projet d'agrandissement à la Résidence Murray feront confiance aux élus pour protéger le patrimoine de la rue Murray. À première vue, le nouveau bâtiment proposé leur paraît toujours un peu imposant.

C'est du moins l'opinion de Joseph Franchomme, qui fait partie du comité de défense du patrimoine de la rue Murray. «Nous ne pouvons pas dire grand-chose pour le moment. Le propriétaire a annulé les rencontres de discussion qui étaient prévues. Nous aurions aimé le rencontrer pour lui donner notre point de vue, mais au premier coup d'oeil, le bâtiment reste gros sur une rue où deux autobus passent difficilement», commente M. Franchomme.

L'homme rappelle qu'il ne s'oppose pas systématiquement à un agrandissement, mais il souhaiterait que cet agrandissement respecte le patrimoine. «Nous attendrons que les conseilleurs fassent la présentation du projet comme prévu en octobre. Nous irons à la rencontre pour donner notre opinion. Il faut que nous fassions confiance au conseil pour qu'il conserve le caractère patrimonial. Le besoin des personnes âgées est évident et je défendrais n'importe quel projet d'envergure qui se tiendrait à un endroit approprié, comme l'ancienne Caisse Desjardins de la rue Bowen ou sur le site de l'ancien lave-auto au coin de la rue Conseil.»

Selon Joseph Franchomme, ils sont plus que cinq ou six citoyens dans le comité de défense du patrimoine de la rue Murray. Une bonne vingtaine de personnes communiquent régulièrement sur le sujet. «Il est possible qu'il y ait des gens qui changent d'avis. M. Chapdelaine parle surtout du besoin des personnes âgées, mais quand nous allions de porte en porte, les gens nous disaient qu'ils ne pensaient pas que le bâtiment serait aussi énorme.»

M. Franchomme se dit étonné que le propriétaire présente un projet de six étages alors que, selon lui, il n'est pas permis de construire un bâtiment de plus de trois étages sur la rue King Est, une artère beaucoup plus importante.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer