Le gestionnaire du Mont-Bellevue favorable au patin

Le Regroupement du parc du Mont-Bellevue (RPMB), qui... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le Regroupement du parc du Mont-Bellevue (RPMB), qui deviendra gestionnaire de la montagne du même nom en 2017, a été consulté avant qu'une proposition soit soumise au conseil municipal pour la construction d'une piste permanente de patinage de descente extrême. Il ne voit pas d'objection à ce que le projet se réalise.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Regroupement du parc du Mont-Bellevue (RPMB), qui deviendra gestionnaire de la montagne du même nom en 2017, a été consulté avant qu'une proposition soit soumise au conseil municipal pour la construction d'une piste permanente de patinage de descente extrême. Il ne voit pas d'objection à ce que le projet se réalise.

Le RPMB prendra le relais de Gestion Claude Adam. En attendant la transition, le regroupement est à changer ses statuts pour lui permettre d'accueillir un représentant pour chacun des sports pratiqués sur la montagne. Une dizaine de membres devraient siéger au comité décisionnel qui le composera.

« Il y a des gens de notre regroupement qui ont été rencontrés, notamment un ex-directeur de l'école de ski. Ils ont regardé la situation et ont proposé de modifier le parcours de patin sur la montagne. Nous n'avons pas d'inconvénient à ce que ce projet se réalise, à condition qu'il ne touche pas à la zone réservée pour l'école de ski et les activités actuelles », commente le porte-parole du RPMB, Jean Gagnon.

Rappelons qu'il est proposé de construire une piste permanente, sous le nouveau télésiège, qui servirait au vélo de montagne en été et au patinage de descente extrême en hiver. La construction de la structure commencerait l'an prochain pour une somme de 302 000 $. Il s'agirait d'une première structure de patinage de descente extrême permanente en Amérique du Nord. Conséquemment, une étape de la Coupe Riders serait présentée à Sherbrooke pour cinq ans.

Le conseiller Jean-François Rouleau avait suggéré que les fonds qui pourraient être consacrés à ce projet soient remis au RPMB pour qu'il puisse réaliser ses projets. « Nous ne sommes pas dans une situation pour nous opposer à quoi que ce soit. Nous avons une vision sur 12 mois pour varier les activités au mont Bellevue. Nous ne sommes ni contre les activités qui s'y trouvent déjà ni contre le développement de nouvelles activités. Pour l'instant, nous n'en savons pas beaucoup sur le dossier », dit M. Gagnon.

Le RPMB consacre donc une bonne partie de ses énergies à préparer la transition avec le gestionnaire actuel. « Ce n'est pas à nous de débattre des fonds qui seront alloués. Nous travaillerons avec ce qu'on nous donnera. Ils sont déjà pas mal avancés dans le projet de piste permanente. Ils doivent savoir de quoi ils parlent. Nous sommes allés sur le terrain pour exprimer les changements que nous aimerions au cas où ça fonctionnerait. »

Jean Gagnon ajoute que le regroupement aura besoin « de la collaboration de tout le monde et nous voulons travailler avec tout le monde. Nous n'irons pas contre ce qui se fait présentement ».

Le dossier de piste permanente a suscité des réactions partagées en atelier de travail public lundi à l'hôtel de ville. Les élus se prononceront à la séance du 3 octobre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer