Centre-ville: toujours en attente du centre de jour

Mélissa Généreux... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Mélissa Généreux

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le projet d'un centre de jour sur la Wellington Sud n'est pas mort au feuilleton, mais il semble improbable que son ouverture se fasse dès cet automne comme le souhaitait l'ensemble des intervenants au dossier.

La directrice de la Santé publique, Mélissa Généreux, insiste sur la nécessité de réunir le financement qui permettrait non seulement l'implantation du centre de jour en plein centre-ville sherbrookois, mais surtout sa pérennité.

«Ce qu'on veut éviter, c'est d'aller trop rapidement sans avoir trouvé un financement solide, lancer le projet, puis être forcés d'y mettre fin après un an par manque de financement. Ce serait difficile pour les bénéficiaires. On leur lancerait un message d'abandon difficile à gérer», explique Dre Généreux.

Une partie de la réponse pourrait venir du CIUSSS de l'Estrie qui pourrait déplacer quelques ressources vers le financement du centre de jour, sans toutefois s'approprier le projet. «Il est important que le centre soit pris en charge par la communauté», poursuit Dre Mélissa Généreux en pointant entre autres vers la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue qui souhaite ardemment voir naître ce point de rencontre pour la clientèle fragilisée du centre-ville sherbrookois.

«Du côté de la Coalition, ils ne demandent rien de compliqué, ça prend un lieu où il peut y avoir une certaine animation, note Dre MélissaGénéreux. Et tant mieux si on a accès à du financement additionnel qui permet d'offrir sur place des ressources occasionnelles additionnelles comme des infirmières en dépistage ou en vaccination, des soins en désintoxication ou autre. Mais ce qu'il faut d'abord, c'est du financement à long terme. Un centre de jour, c'est un point d'ancrage qui permet de traiter des problématiques en amont, de prévenir des problèmes avant qu'ils n'arrivent dans la salle d'attente de l'urgence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer