Accès à l'information: la FPJQ-Estrie dénonce l'attitude du maire

Bernard Sévigny... (Photo Marie-Lou Béland, Archives La Tribune)

Agrandir

Bernard Sévigny

Photo Marie-Lou Béland, Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) en Estrie dénonce l'attitude du maire de Sherbrooke Bernard Sévigny dans la gestion d'une demande d'accès à l'information déposée par La Tribune.

Marie Eve Lacas... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Marie Eve Lacas

Archives La Tribune

«Refuser de fournir ou retenir des documents demandés, lorsqu'ils existent et qu'ils sont assujettis à la Loi, revient à nier à la population des enjeux d'intérêt public», avance le regroupement.

«Ce blocage à l'information du maire de Sherbrooke, anciennement journaliste de surcroît, est non seulement inacceptable, il est illégal, car l'accès du public à l'information est protégé par la Loi. Les articles 158 à 159.2 de la Loi prévoient des sanctions pour " quiconque refuse ou entrave sciemment l'accès à un document ou à un renseignement auquel l'accès ne peut être refusé ". Il représente une ingérence grotesque. La FPJQ-Estrie demande au maire de Sherbrooke de respecter la loi et l'accès de ses citoyens à l'information.»

La présidente de la FPJQ-Estrie, Marie Eve Lacas, ajoute que le maire de Sherbrooke ne dispose pas de la latitude qu'il s'est donnée pour traiter les documents demandés en vertu de la loi. «La loi est claire. À partir du moment où le document existe, c'est ce document qui doit être transmis. Il y a un travail énorme qui se fait dans les salles d'information. De mémoire, il n'y a pas de journaliste qui a publié des informations sans les mettre dans leur contexte ou sans aller chercher les explications nécessaires. M. Sévigny sait tout ce qu'implique le travail des journalistes.»

Mme Lacas précise que «c'est le travail même du journaliste de bien comprendre et de contextualiser les informations. Ce n'est pas à l'appareil municipal ou à tout autre organisme public de le faire pour lui. Cet incident s'ajoute à d'autres dont nous avons pris note. Ce ne sera pas tabletté comme événement. Il ne faut pas que ça se produise trop souvent. Les gouvernements parlent tous de transparence et cette transparence-là est importante.»

La FPJQ rappelle, par ailleurs, au gouvernement de Philippe Couillard qu'il s'est engagé, en 2014, à renforcer Loi sur l'accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels pour «qu'elle ne trouve comme limite que la protection de la vie privée».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer