Le SPS chargé d'appliquer la Loi sur le tabagisme dans les parcs

C'est avec peu de pouvoir d'intervention direct en matière de tabac que le... (Archives NYT)

Agrandir

Archives NYT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) C'est avec peu de pouvoir d'intervention direct en matière de tabac que le Service de police de Sherbrooke sera chargé d'appliquer la Loi sur la lutte au tabagisme dans les parcs et espaces publics.

Lors de sa dernière séance, le conseil municipal a adopté des mesures relatives aux exigences des nouvelles dispositions de cette loi concernant l'usage de la cigarette.

Depuis le 26 mai dernier, il est interdit de fumer à l'intérieur d'un périmètre de neuf mètres des aires de jeux extérieurs pour enfants, près des terrains sportifs ou de jeux, les patinoires, piscines et terrains de camps de vacances fréquentés par les mineurs, y compris les aires réservées aux spectateurs.

Cette interdiction sera élargie aux bâtiments municipaux où l'aire antitabac sera comprise à l'intérieur d'un périmètre de neuf mètres de toute ouverture vers l'extérieur, le 26 novembre prochain

L'intervention envers les contrevenants sera d'abord effectuée par le surveillant de parc qui devra référer le cas aux patrouilleurs du SPS s'il y a objection d'obtempérer.

«S'il y a encore refus, les policiers pourront remettre un constat d'infraction non pas pour avoir fumé dans un endroit interdit, mais pour refus de circuler après qu'un agent de la paix ait donné l'ordre ou pour ne pas avoir respecté la signalisation en place, soit des constats de 149 $. Nous ne pouvons émettre des constats en matière de tabac contrairement à la consommation d'alcool où nous pouvons donner des constats d'infraction à ce sujet. Pour le tabac, une plainte doit être faite aux inspecteurs du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec», explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

La Ville de Sherbrooke doit installer des affiches où il est désormais interdit de fumer et de ne tolérer que personne fume dans un lieu où il est interdit de le faire.

L'acquisition et l'installation de panneaux dans 88 parcs de Sherbrooke et près des bâtiments municipaux nécessiteront des dépenses de 60 000 $. Il sera interdit de fumer complètement dans certains parcs de Sherbrooke étant donné la multiplication des zones d'interdiction.

Concernant l'interdiction de fumer dans les véhicules, le pouvoir d'intervention des policiers de Sherbrooke sera plus important.

«À ce chapitre, nous pourrons intervenir directement. Il faudra cependant prendre le conducteur sur le fait en présence d'un enfant. Les patrouilleurs vont recevoir une formation en ce sens au cours de l'automne», mentionne le porte-parole du SPS.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer