Sherbylove a une «grande notoriété», dit Sévigny

Après la controverse qu'elle a suscitée, la murale #Sherbylove, située sur la... (Archives La Tribune, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Archives La Tribune, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Après la controverse qu'elle a suscitée, la murale #Sherbylove, située sur la rue Wellington Nord et visible de l'intersection avec la rue King Ouest, a été inaugurée mercredi.

Bernard Sévigny... - image 1.0

Agrandir

Bernard Sévigny

À l'heure où Montréal investit plus de 500 000 $ pour développer son art mural, les dirigeants sherbrookois se sont congratulés de l'ajout de cette 15e oeuvre au circuit du centre-ville.

« L'ajout de cette murale fait de Sherbrooke la capitale de l'art mural au Québec. De la fenêtre de mon bureau, à l'hôtel de ville, je vois régulièrement des gens qui s'arrêtent et qui observent la murale de la rue Frontenac réalisée dans le cadre du bicentenaire. Oui, cette nouvelle murale a provoqué un bal de réactions. Le vocable Sherbylove est le reflet de notre époque. Ce mot a une grande notoriété sur le web et il a sa place sur la rue Wellington Nord », a commenté le maire Bernard Sévigny.

«Les murales sont le produit le plus demandé au bureau d'information touristique.»


Le président de Destination Sherbrooke, Rémi Demers, a jugé que la murale était encore plus belle que l'esquisse qui avait été présentée avant le projet. « Les murales sont le produit le plus demandé au bureau d'information touristique. Nous recevons plus de 5000 demandes annuellement. »

Pour Serge Malenfant, président de MURIRS, « l'objectif n'est vraiment pas d'offenser qui que ce soit ou de provoquer la controverse. La murale au coin d'Aberdeen s'est promenée beaucoup sur le web, mais nous ne retrouvions jamais la mention de la provenance. Avec celle-ci, il n'y aura plus de doutes. »

M. Malenfant a parlé de la murale la plus compliquée artistiquement et techniquement qu'il a eue à réaliser. Il aura fallu trois mois de travail et le montage d'échafaudages ancrés au sol pour arriver au résultat final.

Ladite murale avait suscité des réactions en raison des dépassements de coûts qu'elle a engendrés. Le coût initial, évalué à environ 180 000 $, a été porté à 319 000 $. L'utilisation d'un mot-clic à consonance anglaise a aussi fait sursauter certains citoyens.

Partager

À lire aussi

  • La petite histoire de #Sherbylove

    Actualités

    La petite histoire de #Sherbylove

    L'utilisation du mot-clic #Sherbylove sur la nouvelle murale au centre-ville de Sherbrooke a pris par surprise celle qui est à l'origine de cette... »

  • Murale contestée, murale pleinement assumée

    Actualités

    Murale contestée, murale pleinement assumée

    Le dévoilement de la nouvelle murale de MURIRS, sur la rue Wellington Nord, a largement fait réagir la population sherbrookoise sur les médias... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer