La 15e murale soulève des questions

La nouvelle murale est située à l'angle des... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

La nouvelle murale est située à l'angle des rues King Ouest et Wellington Nord.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Même si elle ne devait être dévoilée qu'en septembre, la nouvelle murale située à l'angle des rues King Ouest et Wellington Nord est finalement visible depuis samedi.

Credit : Spectre Media : Marie-Lou Béland... (Spectre Média : Marie-Lou Béla) - image 1.0

Agrandir

Credit : Spectre Media : Marie-Lou Béland

Spectre Média : Marie-Lou Béla

La murale en trompe-l'oeil reproduit un édifice à logements avec un énorme coeur suspendu à une chaîne au-dessus duquel le mot-clic #sherbylove est inscrit. Dans le coin inférieur droit, les artistes ont fait une place à Madame Bou, figure mythique du centre-ville décédée plus tôt cette année.

On voit la vieille dame tenir un carton sur lequel est écrit son mot fétiche : BOU.

Sur les réseaux sociaux, la murale n'a pas tardé à faire réagir les Sherbrookois. Si l'hommage à Madame Bou a été salué à l'unanimité, le mot-clic #sherbylove soulève quant à lui des questions. Plusieurs dénoncent le fait qu'on emploie la langue anglaise sur une représentation payée par les deniers publics d'une ville québécoise et francophone.

Rappelons que la dernière murale, la 15e réalisée par l'organisme MURIRS, est la plus dispendieuse à ce jour. Il y a deux semaines, le conseil municipal a accepté de porter le budget de l'oeuvre à 319 000 $, alors que le montant initialement budgété se chiffrait à 180 000 $.

Les conseillers Jean-François Rouleau et Hélène Dauphinais avaient par ailleurs inscrit leur dissidence.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer