Pour un tribunal pour les chiens

Une citoyenne a déposé une pétition de près... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Une citoyenne a déposé une pétition de près de 600 noms pour la création d'un tribunal qui permettrait de déterminer la dangerosité des chiens ayant commis une attaque avant d'ordonner leur euthanasie.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'euthanasie du pitbull Toxon, qui a attaqué à mort un yorkshire à la fin du mois de juillet, a provoqué des remous au conseil municipal. La citoyenne Jennifer Young a déposé une pétition de près de 600 noms pour la création d'un tribunal qui permettrait de déterminer la dangerosité des chiens ayant commis une attaque avant d'ordonner leur euthanasie.

Mme Young a précisé qu'elle ne connaissait ni le chien Toxon ni sa propriétaire. Elle est toutefois la fondatrice de Pet Connection, qui vise l'adoption d'animaux abandonnés.

« La dame avait son chien en laisse. Elle respectait la loi. Le pitbull a réagi comme réagit en animal, comme tous les animaux vont réagir. Il a essayé de se protéger et de protéger sa maîtresse. C'était évident que le petit chien était le problème. Il était agressif et il n'était pas en laisse. Il n'y a aucun rapport qui prouve que le pitbull était agressif avec les humains... »

Mme Young a accusé le conseil d'avoir fait tuer Toxon. « J'aimerais la création d'un tribunal qui déciderait si le chien a été provoqué. Il faut un groupe de personnes spécifiques pour faire une enquête. Un chien qui a été provoqué et un qui attaque sans provocation, ce sont deux choses différentes. »

Le président du conseil, Serge Paquin, a réagi en mentionnant : « On ne tue pas de chiens ici. Le conseil n'a pas eu à se prononcer. Nous avons une règlementation et la SPA est mandataire pour l'appliquer. Malgré l'intervention de cinq adultes, il n'a pas été possible de faire lâcher prise à l'animal. »

Selon le règlement municipal, dès qu'un chien provoque la mort d'un autre chien, il doit être euthanasié.

Jennifer Young mentionne que le chien est un animal intelligent. « On peut lui montrer à s'asseoir, à donner la patte, à aller au frigo chercher une bière, mais il ne sont pas assez intelligents pour réfléchir à la meilleure façon de réagir sans faire mal à un autre chien. Ils ne savent pas à quel point ils sont gros. Je pense que le conseil sait que l'euthanasie est arrivée trop vite. J'essaie de faire en sorte que la population prenne soin de ses animaux, qu'elle les respecte. »

La conseillère Diane Délisle a interpellé la citoyenne en lui demandant comment elle aurait réagi si, au lieu d'un yorkshire, c'était un enfant de trois ans qui avait pris le pitbull par surprise. Le président du conseil, Serge Paquin, n'a pas permis à Jennifer Young de répondre. Le groupe de citoyens appuyant le dépôt de la pétition a alors quitté la salle du conseil en trombe.

« Les chiens vont réagir différemment à un autre chien qu'à un humain. Si le chien avait eu un problème avec un enfant, la propriétaire aurait eu la chance de dire à l'enfant de ne pas approcher. Ça démontre que notre conseil ne comprend pas les animaux quand il affirme quelque chose comme ça. »

Mme Young laisse par ailleurs entendre que l'obligation de porter le licou aurait pu permettre à la propriétaire de Toxon d'avoir un meilleur contrôle sur son animal.

Partager

À lire aussi

  • Luc Larochelle | <em>La justice pour les chiens</em>

    Perspectives

    La justice pour les chiens

    CHRONIQUE / La photo illustrant cette chronique est celle que vous avez vue dans notre édition d'hier. La redondance est volontaire, c'est moi qui ai... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer