Partager ses idées au Forum créatif de Ville Nourricière

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Charlotte R. Castilloux</p>
Charlotte R. Castilloux

Journaliste stagiaire

(SHERBROOKE) Tous ceux et celles en qui cogitent des idées pour améliorer leur ville et leur environnement pourront les partager au Forum créatif de Ville Nourricière, dimanche au Théâtre Granda.

Ville Nourricière, qui travaille à stimuler l'agriculture urbaine et l'économie locale de Sherbrooke, promet une journée inspirante pour les participants. « On a une quinzaine de conférenciers, tous des entrepreneurs aux modèles d'affaires inspirants, qui viendront parler d'agriculture urbaine, mais aussi de plusieurs sujets connexes comme l'urbanisation », explique Laurence-Olivier Néron, directeur des partenariats et du développement chez Ville Nourricière.

L'objectif du forum est d'inviter les citoyens à devenir des acteurs de changement dans leur société. « Après les conférences, vers 19 h, on invite les gens à notre forum ouvert. C'est le moment pour eux de parler de leurs idées pour leur communauté et de se créer un réseau de contacts. » Dans ce segment du Forum créatif, toutes les idées sont les bienvenues. « On ne met pas de barrière, la créativité n'a pas de limite », poursuit-il, en soulignant que la mission de Ville Nourricière est d'encourager les initiatives locales.

Cette journée comportera également un souper préparé par les chefs Veronica Kaczmarowski et Jason Kapzak, qui permettra de faire découvrir les produits locaux aux participants.

Sur la bonne voie pour l'agriculture urbaine

Tous les projets et événements organisés par Ville Nourricière s'insèrent dans l'objectif de développer l'agriculture urbaine jusqu'à voir Sherbrooke devenir un paysage comestible. « C'est fou! on fait des progrès », lance Laurence-Olivier Néron en soulignant les initiatives sociales comme les Smart Pots du centre-ville et plusieurs autres.

Pour stimuler l'agriculture locale et urbaine, tous doivent y mettre la main à la pâte. Sur les terrains privés, les propriétaires peuvent d'eux-mêmes planter des légumes ou des fruits, mais ce n'est pas aussi simple pour les terrains publics. « Pour qu'on ait accès à des espaces publics, les politiciens doivent ressentir la demande des habitants et doivent l'ajouter à leur mandat », explique-t-il, en espérant que l'agriculture urbaine soit un enjeu aux prochaines élections.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer