Des attaques de chiens qui sensibilisent

Des propriétaires de chiens rencontrés par La Tribune... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Des propriétaires de chiens rencontrés par La Tribune témoignent que les récentes attaques envers des humains ou d'autres animaux les conscientisent sur les dangers que leur animal peut représenter.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Stéphanie Beaudoin   </p>
Stéphanie Beaudoin

Journaliste stagiaire

La Tribune

(SHERBROOKE) Les attaques de chiens envers des humains ou d'autres animaux font leur chemin auprès des propriétaires de chiens, de plus en plus conscientisés par les dangers que leur animal peut représenter.

Pour les maîtres rencontrés par La Tribune, l'éducation d'un chien lorsqu'il n'est encore qu'un chiot est la clé pour contrer les comportements violents. « À la base, chaque maître doit mettre le temps sur son chien quand il est jeune pour qu'il n'ait pas de comportement violent. », explique Jonathan Frenette-Marcoux, propriétaire de Sergent, un berger allemand de 8 ans. « Sergent faisait des combats de chiens avant, il a fallu le rééduquer pour qu'il devienne le chien doux qu'il est. »

Il ajoute que les chiens restent des animaux imprévisibles qu'il faut toujours avoir à l'oeil lorsqu'on sort de la maison. « Je peux avoir confiance que mon chien ne mordra pas, mais ça ne veut pas dire qu'il ne déclenchera pas de réaction chez un autre chien ou agira de façon inattendue avec un humain. »

Étienne Desautels, quant à lui, croit que son chien, Nashi, un labernois de deux ans qui était destiné à faire partie de la famille Mira, n'est pas à l'abri des comportements jugés dangereux. « Surtout avec les enfants parce qu'ils sont moins doux avec lui et il pourrait mal réagir. »

Les récents événements concernant des attaques de chiens sensibilisent ces propriétaires sur les précautions à prendre lorsqu'ils sont dans des endroits publics. « Les pitbulls ne sont pas pires que d'autres chiens, c'est leur éducation qui va faire la différence. Ça conscientise à plus garder son chien en laisse, c'est certain. », ajoute le propriétaire de Sergent.

« Pour avoir le coeur net sur la nature agressive ou non de son chien, le meilleur moyen est d'aller voir un éducateur canin », ajoute M. Desautels. Il considère que si Nashi en venait à mordre un humain ou un autre chien, considérant les circonstances, il devrait songer à endormir définitivement celui-ci. « S'il se faisait mordre, je voudrais que l'autre chien subisse une évaluation de comportement pour savoir s'il est un danger, je ferais la même chose si Nashi mordait. »

Pour Jonathan Tremblay, son petit épagneul cocker de deux ans et demi, Woody, ne lui a jamais fait craindre des comportements agressifs. « C'est vrai que c'est un peu stressant de savoir que d'autres chiens pourraient lui faire du mal, surtout quand le nombre d'endroits pour divertir les chiens est plus restreint. Il y a des chiens dangereux comme il y a des humains dangereux, et pourtant, je ne m'empêche pas de sortir », mentionne-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer