La propriétaire du pitbull plaide l'accident

Toxon, un chien de type pitbull de plus... (Photo fournie)

Agrandir

Toxon, un chien de type pitbull de plus de 40 kilos âgé de sept ans, a tué un yorkshire vendredi lorsque ce dernier s'est dirigé vers lui pendant qu'il prenait une marche avec sa maîtresse.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La propriétaire du pitbull qui a tué un yorkshire vendredi matin réclame qu'on laisse une chance à son chien et exige que son comportement soit évalué avant qu'on mette fin à ses jours.

Maryse Desloges soutient qu'elle marchait dans le quartier de la rue Paul-Gagné avec Toxon, un chien de type pitbull de plus de 40 kilos âgé de sept ans, comme elle le faisait chaque jour avant l'incident lorsque les deux yorkshires ont traversé la rue pour venir à sa rencontre.

« On habite ici depuis le 21 mai. Je prenais des marches tous les jours. Je revenais et j'étais à droite et les deux petits chiens sont sortis entre deux voitures. Il y en a un qui a viré de bord, mais l'autre s'est jeté sur nous et s'en est pris à mon chien. Ils n'étaient pas sur leur terrain, ils ont traversé la rue. J'avais mon chien en laisse, je le tenais serré, mais Toxon a pu le prendre par le cou et c'était fini. C'est un accident. »

« Avant d'habiter ici, j'habitais à Ascot Corner et mon chien n'a jamais été attaché et j'avais deux garderies en face de chez moi. Il n'est jamais sorti de la cour. J'ai vraiment un bon chien et il va être euthanasié parce qu'on s'est fait attaquer par deux petits chiens. C'est injuste. »

Responsable

Alors que les incidents impliquant des chiens sont souvent imputés à la négligence de leur propriétaire, Maryse Desloges assure avoir toujours pris ses responsabilités.

« Lorsque je suis arrivée ici, la première chose que j'ai faite, c'est de payer 4000 $ pour clôturer mon terrain avec des clôtures de six pieds. Je n'ai jamais laissé des enfants flatter mon chien même si je n'ai aucun doute qu'il aurait été gentil. Je ne suis pas une folle ! Je suis une personne responsable et prudente. Mon chien avait un collier, un harnais et une laisse pour marcher. J'avais plein de points d'attache, mais je n'ai pas pu empêcher le yorkshire de venir sur nous. »

« C'est sûr que si je l'avais échappé et qu'il était parti pour s'en prendre à un autre chien ou une personne, je l'aurais fait euthanasier point final. Mais j'ai pris toutes mes responsabilités et il ne mérite pas ça. Je compatis pour le chien des voisins, mais je vais perdre le mien aussi, même si ce n'est pas de notre faute. J'étais en règle. Même si Toxon meurt, ça ne ramènera pas le petit chien. »

«Je vais emprunter, je vais vendre mon char, je m'en fous, mais je veux lui donner sa chance.»


Selon la famille, l'euthanasie de Toxon est prévue pour lundi après-midi, lui qui est détenu par la SPA-Estrie depuis vendredi. Maryse Desloges souhaite obtenir une injonction avant que l'irréparable ne soit commis. Le règlement de la Ville de Sherbrooke prévoit qu'un chien qui cause la mort d'un autre instantanément est automatiquement considéré dangereux et doit obligatoirement être euthanasié.

« Je vais emprunter, je vais vendre mon char, je m'en fous, mais je veux lui donner sa chance. J'ai perdu mon mari il y a deux ans et mon chien m'a beaucoup aidé à passer à travers. C'est un ami que je vais perdre si je ne fais rien », renchérit Mme Desloges, les yeux rougis par l'émotion.

« Je comprends le règlement, mais mon chien n'a pas attaqué, il s'est défendu et avec une morsure c'était fini. C'est un cas spécial. C'est de la discrimination envers les pitbulls. On veut qu'il ait la chance de se faire évaluer et s'il ne la réussit pas, on va arrêter de s'obstiner et on va le faire tuer, mais on veut au moins qu'il l'ait, sa chance », mentionne le fils de Mme Desloges, Matthew Lacharité.

La conjointe de ce dernier a démarré une pétition vendredi soir pour qu'on sauve la vie de Toxon. Plus de 1500 signatures avaient été recueillies dimanche. 

« Il y a plein de gros chiens qui se font attaquer par des petits chiens, mais ce sont toujours les gros qui écopent et qui sont pénalisés. Plusieurs personnes connaissent Toxon et savent que c'est un bon chien et que c'est une injustice », résume Judith Lapointe-Lamoureux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer