Surplus de licous à prévoir dans les animaleries

Les animaleries de Sherbrooke pourraient devoir composer avec un surplus de... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les animaleries de Sherbrooke pourraient devoir composer avec un surplus de licous pour les semaines à venir. Si elles avaient commandé une quantité plus importante de ces équipements en prévision de l'adoption d'un règlement qui les rendrait obligatoires pour les chiens de plus de 20 kilos, les animaleries estiment qu'elles réussiront à écouler leur marchandise malgré la volte-face de la Ville.

Lundi au conseil municipal, les élus ont convenu de suspendre l'adoption d'un règlement encadrant les chiens dangereux, mais interdit à partir du 7 juillet l'usage de laisses extensibles sur la place publique. Dans notre édition du 23 juin, le président du comité exécutif Serge Paquin estimait pourtant que le conseil avait fait son lit dans le dossier et qu'il ne reculerait pas, mais que le règlement ne serait effectif qu'en septembre pour permettre aux commerçants de fournir la quantité appropriée de licous.

La présidente et directrice générale du groupe Grande Ménagerie et Animatout, Sara Côté, n'est pas fâchée du revirement de situation à la Ville de Sherbrooke. « Ce n'était pas la solution idéale, mais au moins, elle aura permis de faire de l'éducation, de faire comprendre à M. et Mme Tout-le-monde qu'il existe des outils pour contrôler les chiens lors de la marche. »

Mme Côté admet avoir commandé une grande quantité de licous et ne pas être en mesure d'annuler ces commandes. « Nous n'avions pas le choix, alors oui, nous aurons un énorme choix pour nos clients. Nous avions fait des demandes pour avoir plus de modèles différents. C'est sûr que nous risquons d'en avoir pour un petit bout de temps. »

«Nous recommandons de désensibiliser le chien lentement en lui faisant porter le licou progressivement.»


Isabelle Arguin, propriétaire du Jardin des animaux, vit un peu la même situation. « Nous en avions commandé une bonne quantité, mais comme nous nous approvisionnons chaque semaine, nous nous étions quand même limités. Nous nous attendions à ce qu'il se passe quelque chose parce qu'il y avait beaucoup de contradictions et de contestations dans le dossier. »

Mme Arguin se dit même contente du dénouement. « Ça ne faisait pas nécessairement plaisir à la clientèle. Le licou ne fonctionnait pas avec certains chiens en raison de leur morphologie. Nous informions nos clients que la réglementation n'était pas encore en vigueur et qu'il était possible d'attendre. »

À la Grande Ménagerie, la demande de licous était entre cinq et dix fois plus importante qu'à l'habitude dans les dernières semaines. Il sera possible de se faire rembourser si le licou, qui se détaille entre 20 et 55 $, n'a pas été porté.

« Nous recommandons de désensibiliser le chien lentement en lui faisant porter le licou progressivement, donc plusieurs l'auront probablement porté. Il faut aussi que l'emballage soit intact pour que nous remboursions», dit Sara Côté.

Isabelle Arguin appliquera aussi la politique habituelle pour les remboursements de licous. Ils ne devront pas avoir été portés et l'emballage devrait être intact. Ils devront aussi avoir été achetés dans les dix jours.

La Ville rappelle par ailleurs qu'un chien doit être constamment tenu en laisse dans un endroit public et lors de rassemblements extérieurs. Le Service de police de Sherbrooke et les patrouilleurs de la SPA accorderont une attention particulière à ce règlement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer