Fortin ne peut exclure d'autres coupes en santé

Luc Fortin... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Luc Fortin

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le député de Sherbrooke et ministre responsable de l'Estrie, Luc Fortin, n'est pas en mesure de garantir que d'autres compressions n'affecteront pas le CIUSSS de l'Estrie - CHUS l'an prochain.

Malgré le fait que le budget de l'État québécois est maintenant en équilibre, la possibilité que d'autres coupes soient annoncées en Estrie et dans le réseau de la santé n'est pas écartée, a laissé entendre M. Fortin.

«On a fait des efforts importants pour maintenir l'équilibre budgétaire. Cela a d'ailleurs été souligné par les agences de notation qui ont revu à la hausse les perspectives pour le Québec. Ça démontre justement que notre rigueur a porté fruit. Si on l'a fait, c'est justement pour se dégager des marges de manoeuvre pour les services sociaux. On a fait des réinvestissements importants en éducation, de l'ordre de 1,2 milliard au cours des trois prochaines années», dit-il. 

«Il est important de maintenir l'équilibre budgétaire et de poser les bons gestes pour maintenir cet équilibre, mais en même temps ce qu'on souhaite, c'est de se donner plus de marge de manoeuvre pour investir dans les services sociaux.»

Est-ce que les coupes sont maintenant terminées, lui a-t-on demandé?

«Cela dépend toujours de la perspective économique, a-t-il répondu. Il y a des fluctuations de marché, il y a des fluctuations de revenus pour le gouvernement. Est-ce qu'on souhaite en faire d'autres? Évidemment, la réponse est non. Mais en même temps, on se doit de maintenir l'équilibre budgétaire. Et si on doit faire des choix, on fera les choix qui auront le moins d'impacts», a précisé le député-ministre en marge d'une conférence de presse où il a livré le bilan de la dernière session parlementaire.

Rappelons que le CIUSSS de l'Estrie - CHUS a annoncé la semaine dernière des compressions de 25 M $ pour l'année financière 2016-2017 et ce, après avoir effectué des compressions de l'ordre de 42 M $ en 2014-2015, pour un total de 67 M $ en deux ans sur un budget de 1,2 milliard $.

Si les coupes effectuées jusqu'à présent ont surtout touché le volet administratif du réseau, nombreux sont ceux qui croient que l'accès et la qualité des soins sont déjà affectés par les mesures imposées par Québec au nom de la rigueur budgétaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer