Mince surplus de 2,4 M$ à Sherbrooke

La Ville de Sherbrooke a dégagé un surplus... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La Ville de Sherbrooke a dégagé un surplus net de 2,4 M$ pour l'année 2015, un montant jugé bien maigre par le maire Bernard Sévigny.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La Ville de Sherbrooke a dégagé un surplus net de 2,4 M$ pour l'année 2015, un montant jugé bien maigre par le maire Bernard Sévigny. Cette donnée a été dévoilée alors que les états financiers de la municipalité étaient déposés au conseil municipal lundi.

En réalité, le surplus total s'élève à 12 M $, qui proviennent notamment de revenus supplémentaires générés par les tenant lieu de taxes, les revenus de transferts, les droits de mutation et une contribution moindre d'Hydro-Sherbrooke. Des économies ont également été réalisées, entre autres en honoraires professionnels et dans les diverses mesures du plan d'optimisation. Une grande partie de ces sommes sont toutefois déjà engagées.

« Il faut distinguer deux choses. Il y a un surplus comptable de 12 M$, mais dans la vraie vie, le surplus est de 2,4 M$. Il y a un fonds de roulement de 7,3 M$ qui est déjà engagé. Nous avons aussi une obligation légale liée au centre d'enfouissement. Nous devons mettre 9 M$ en trente ans pour le fermer. Nous devons donc mettre 1,3 M$ dès cette année. Et enfin, notre réserve pour nos assurances était vide en raison des incendies à la caserne de Rock Forest et au bâtiment municipal du parc André-Viger, alors nous la renflouons de 1 M$ », explique le maire Bernard Sévigny.

« Le véritable surplus que nous pouvons utiliser est de 2,4 M$, c'est à peine un demi de un pour cent du budget municipal. Nous le verserons dans les surplus accumulés, qui atteignent maintenant 9,6 M$. Ce qu'il faut retenir, c'est que les marges sont extrêmement minces. Oui le budget est bien serré. Ça permet de passer à travers l'année. Il nous faut une caisse quelque part pour les imprévus. Avec une bonne tempête de neige, nous pouvons puiser 2 ou 3 M$ à même cette caisse. Si nous n'avons pas de marge de manoeuvre, nous devons aller en budget spécial et retaxer les contribuables en cours d'année, ce qui est impensable. À 9 M$, on est à 2,3 % du budget municipal. Dans les bonnes pratiques de saine gestion, on parle de 4 ou 5 %. Le coussin est très mince », ajoute-t-il.

Rappelons que le budget 2016 prévoit des dépenses de 421,7 M$.

Dans la même présentation, il a été permis d'apprendre que la dette consolidée de la Ville de Sherbrooke s'élève à 445,8 M$.

En fin de séance du conseil, la conseillère Hélène Dauphinais a constaté que malgré une augmentation des taxes municipales de 4,77 %, le surplus réalisé par la Ville est en baisse et que l'endettement augmente. « C'est une situation qui commande la prudence quand on évalue des projets. Au dernier budget, nous en avons coupé plusieurs et nous réalisons que c'était une bonne idée. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer