La Ville impose le licou pour les gros chiens

Sans cibler les pitbulls, la Ville de Sherbrooke... (123RF)

Agrandir

Sans cibler les pitbulls, la Ville de Sherbrooke interdira à tous les chiens pesant plus de 20 kg de se promener sans licou dès qu'ils quittent les terrains privés.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) À l'instar de la municipalité de Sainte-Julie, la Ville de Sherbrooke modifie sa réglementation concernant les chiens dangereux. En dehors des terrains privés, les chiens de plus de 20 kg devront obligatoirement porter un licou.

Bernard Sévigny... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Bernard Sévigny

Archives La Tribune

Le licou est un dispositif qui entoure le museau du chien et qui limite l'ouverture de sa gueule sans gêner sa respiration. Le règlement sera officiellement adopté lors de la prochaine séance du conseil municipal, le 4 juillet.

Du plus, la Ville de Sherbrooke rappelle que dans les endroits publics, entre autres dans les parcs, les chiens doivent obligatoirement être tenus en laisse, quelle que soit la taille de l'animal. Les enclos des parcs canins sont des exceptions. « Une campagne d'information sera mise en branle pour rappeler notre règlement sur la gestion des chiens dangereux. Une directive a été donnée au Service de police de Sherbrooke qui mettra l'accent sur le respect du règlement. Il n'y aura pas de profilage racial. Nous nous en tenons aux chiens dangereux. Un berger allemand ou un golden dont l'entraînement n'est pas rigoureux peut aussi être dangereux », fait valoir le maire Bernard Sévigny, qui refuse de cibler particulièrement les pitbulls.

«La majorité des membres du conseil voulait qu'on bouge vers une meilleure protection.»


Dans le même sens, les propriétaires de chiens de plus de 20 kg habitant dans un immeuble locatif devront maintenir leur animal en laisse dès qu'ils franchiront la porte de leur logement.

« À l'instar de Montréal et Québec, la majorité des membres du conseil voulait qu'on bouge vers une meilleure protection. Comme nous avons un règlement qui est déjà très bien appliqué, nous avons décidé de nous aligner sur la décision de Sainte-Julie en imposant le licou pour les chiens de 20 kg ou plus. C'est la seule modification et nous mettrons toutes les ressources pour l'appliquer. Nous donnerons quand même un peu de temps pour que les gens puissent se procurer un licou », ajoute M. Sévigny.

En attente des directives

La Ville de Sherbrooke attendra par ailleurs les directives de la table de concertation mise sur pied par les ministères des Affaires municipales, de la Justice et de l'Agriculture. Ce comité, auquel participe l'Union des municipalités du Québec, déposera un rapport le 31 août au sujet des pitbulls. 

« Nous y retrouverons probablement un cadre règlementaire pour l'ensemble du Québec. S'il y a une mesure législative, ça ira en septembre avant qu'elle soit adoptée. Moi je vais plaider que les villes doivent avoir une marge de manoeuvre selon leur situation et que si elles ont des mesures qui sont efficaces, il faudra en tenir compte. Nous prenons tout de même une orientation pour renforcer le règlement contre les chiens dangereux pour rassurer la population et envoyer un signal qu'il faut garder les chiens en laisse. »

La SPA a ajouté une ressource pour s'assurer que la réglementation existante en matière d'animaux était respectée. Les amendes pour le non-respect du règlement sont de 100 $ plus les frais, pour une première contravention, et peuvent atteindre 2000 $ pour une récidive.

Rappelons qu'un chien jugé dangereux par la SPA sera euthanasié. Les chiens présentant un risque feront l'objet de directives précises pour éviter des événements fâcheux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer