Toujours pas de consultation pour le patinage extrême

Destination avait présenté un avis de pertinence récréotouristique... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Destination avait présenté un avis de pertinence récréotouristique au conseil d'administration dans le dossier de la piste de patinage de descente extrême (Ice cross downhill) envisagée au mont Bellevue, mais que celui-ci avait demandé de rencontrer le promoteur pour obtenir des éclaircissements. Le projet a été modifié depuis et est toujours en cours d'élaboration.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le conseiller Jean-François Rouleau est revenu à la charge, lundi au conseil municipal, pour exiger une consultation publique dans le dossier de la piste de patinage de descente extrême (Ice cross downhill) envisagée au mont Bellevue. Plusieurs de ses collègues l'ont toutefois incité à la patience.

« Je comprends mal que nous n'ayons pas consulté les principaux intervenants dans le dossier », a plaidé M. Rouleau, faisant entre autres référence au Regroupement du parc du Mont-Bellevue.

Le président de Destination Sherbrooke, Rémi Demers, a rappelé que l'organisme paramunicipal avait présenté un avis de pertinence récréotouristique au conseil d'administration, mais que celui-ci avait demandé de rencontrer le promoteur pour obtenir des éclaircissements. Le projet a été modifié depuis et est toujours en cours d'élaboration. « Ultimement, ce sera ici même au conseil que les décisions seront prises », a-t-il insisté.

Nicole Bergeron semblait partager en partie l'opinion de M. Rouleau. « C'est un sujet qui déborde de l'arrondissement du Mont-Bellevue pour tout ce que représente cette montagne dans la ville de Sherbrooke. Je me demande si on ne doit pas en parler de façon préalable avant de faire travailler des gens trop fort pour rien. Il vaudrait la peine de nous en parler avant que ce soit trop mâché. »

Hélène Dauphinais, elle, avait compris lors de l'étude du budget que plusieurs projets de Destination Sherbrooke étaient mis de côté, notamment celui de fontaine au lac des Nations et celui de tours d'observation aux quatre coins de la ville. De son point de vue, la piste permanente de patinage de descente extrême en faisait partie. « Quand on met quelque chose sur la glace, je ne comprends pas que ça ressorte. Peut-être devrons-nous être un peu plus clairs quand nous faisons le budget. »

Bruno Vachon expliquait ne pas comprendre les conclusions auxquelles s'est rendu son collègue Jean-François Rouleau. « Le dossier n'est pas avancé. Ce que nos services colligent, c'est pour que nous ayons un minimum d'information pour que nous puissions nous faire une tête. Je ne vois pas de complot, au contraire. »

Vincent Boutin, président du comité du sport et du plein air, abondait dans le même sens. « Avant de prendre une décision, il faut avoir un minimum d'information. Je pense que la démarche en cours est la bonne. Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. C'est sûr que le nouveau gestionnaire de la montagne sera impliqué à un moment ou à un autre pour voir ce qu'il en pense. Nous n'avons court-circuité personne. »

M. Boutin a par ailleurs mentionné que le sujet était prévu à l'ordre du jour de la prochaine réunion du comité du sport et du plein air, qui doit se tenir aujourd'hui.

« Une chose est claire, c'est qu'il n'y a aucun projet qui se réalisera tant que le conseil n'en décidera pas ainsi », a résumé le président du comité exécutif Serge Paquin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer