Une menace d'une grève plane sur le Centre de tri

Réunis en assemblée générale le 3 juin dernier, c'est par une forte majorité... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Réunis en assemblée générale le 3 juin dernier, c'est par une forte majorité que les travailleurs syndiqués du Centre de tri de Sherbrooke ont donné à leur comité de négociation un mandat d'application de moyens de pression incluant la grève générale illimitée.

Denis Beaudin... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Denis Beaudin

Archives La Tribune

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre de tri de Sherbrooke - CSN ont voté en faveur à 94 pour cent.

Le syndicat qualifie de «ridicules» les offres déposées par l'employeur. Celles-ci peuvent être interprétées «comme un mépris total à l'égard» des travailleurs qui opèrent «dans des conditions difficiles».

Pour les trois prochaines années, l'employeur a formulé des offres qui se résument à des augmentations de 0,10 $, 0,15 $ et 0,20 $ l'heure, mentionne la CSN dans un communiqué de presse.

« Les travailleuses et les travailleurs du Centre de tri n'ont eu d'autre choix que de se munir d'un mandat de grève afin de manifester clairement leur mécontentement face aux offres insultantes de leur employeur », déclare Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l'Estrie - CSN (CCSNE-CSN).

« Lorsqu'on sait que le salaire d'un trieur au centre de tri est de 13,50 $ l'heure, les demandes syndicales ne sont pourtant pas extravagantes. Effectivement, ces salariés ne demandent qu'une augmentation de 0,50 $ l'heure», ajoute M. Beaudin.

En 2010, les syndiqués du Centre de tri ont été en grève pendant deux semaines et avaient obtenu gain de cause, précise M. Beaudin. «Il serait souhaitable que l'employeur, dans la présente négociation, pose un geste significatif, qu'il démontre de la considération à ses employés et qu'il évite la grève», dit-il.

«La balle est maintenant dans son camp!»

Le syndicat compte une trentaine de membres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer