Récolte record au souper-bénéfice de Monchénou

La troisième édition du souper-bénéfice des Résidences Monchénou... (Spectre média, Maxime Picard)

Agrandir

La troisième édition du souper-bénéfice des Résidences Monchénou avait des allures de fiesta latine, au grand plaisir de David Caron, directeur général des Résidences Monchénou, Michel Lambert, organisateur de la soirée, Gabriel Lambert, fils de Michel et Carole et résident à Monchénou, Carole Beaudet, organisatrice de la soirée, et Danika Bédard, membre du comité d'organisation également.

Spectre média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Stéphanie Beaudoin   </p>
Stéphanie Beaudoin

Journaliste stagiaire

La Tribune

(Sherbrooke) Rémy Girard et Charles Lafortune n'ont pas hésité une seconde avant de s'associer à Carole Beaudet et Michel Lambert dans le but d'amasser des fonds pour la résidence Monchénou.

« La plus grande angoisse pour un parent avec un enfant différent est de ne pas savoir ce qu'il deviendra lorsqu'on ne sera plus là », explique Charles Lafortune, en faisant référence à son garçon autiste, Mathis. Il ajoute que les parents ont peu d'options lorsque vient le temps de trouver un endroit pour leur enfant avec une déficience intellectuelle.

Ce genre de soirée est très important pour la survie de la résidence. Ils vivent un mois à la fois et essaient de garder la tête hors de l'eau, tout en offrant des services adaptés à leurs résidents.

Renaud Girard, quant à lui, n'est pas inconnu dans la région. Son père, l'acteur Rémy Girard, et lui vivent depuis environ 20 ans à North Hatley. Renaud fréquente d'ailleurs l'école Le Touret.

« Quand j'ai déménagé de façon permanente à North Hatley, je me suis dit que c'était normal que je m'implique plus dans la région qu'à Montréal », mentionne l'acteur. Pour cette raison, et parce que la cause le touche particulièrement, il n'a pas hésité à accepter l'invitation des Beaudet-Lambert, il y a trois ans. Depuis, il renouvelle sa présence chaque année, et il compte bien revenir dans les prochaines années.

« C'est assez important pour moi pour que je prenne la peine de partir à Montréal à la fin d'un tournage, et que je retourne là-bas à la fin de la soirée parce que je tourne demain matin aussi », rigole-t-il.

L'acteur mentionne au passage que la résidence Monchénou offre des services qui donnent un réel coup de main aux parents en plus d'apporter une grande amélioration de la débrouillardise et de la qualité de vie des résidents. « C'est rare des endroits comme ça, faut les garder actifs », ajoute Rémy Girard.

À la sortie de la soirée, plusieurs invités sont venus remercier les invités d'honneur, rappelant comment leur présence est importante pour le rayonnement de la soirée. « Je viens ici surtout en tant que parent avec un enfant différent qui vient parler à un autre parent dans la même situation. Si, en plus, ça peut aider la cause, tant mieux », souligne Rémy Girard.

Après tous les dons et les revenus de l'encan silencieux, la résidence Monchénou a amassé une somme record de 28 000 $, soit 10 000 $ de plus que l'an dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer