Un homme d'équipe quitte le SPS

Robert Pednault... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Robert Pednault

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Robert Pednault tenait à rencontrer chacune de ses équipes au Service de police de Sherbrooke pour leur annoncer son départ à la retraite.

C'est un homme d'équipe qui quittera officiellement l'organisation où il a gravi tous les échelons policiers en octobre prochain.

«C'est certain que c'est très émotif. J'ai entretenu de belles relations avec tous les membres de cette organisation policière. Je ne voulais pas partir dans le tumulte. Nous traversons une belle période au SPS, alors j'ai décidé de partir à ce moment opportun», explique le directeur du Service de police de Sherbrooke, Robert Pednault.

Au cours des deux années où il a dirigé le SPS, Robert Pednault a accompli l'un de ses objectifs de ramener le dialogue entre la direction, le syndicat et les policiers.

«Je veux rendre crédit à mes collègues de l'état-major. Un service de police n'est pas l'affaire d'un seul homme, mais de toute une équipe. Autant les employés civils que les policiers sont dédiés à leurs tâches au SPS. Ce sont des professionnels qui vont me manquer. Je demeure convaincu que le Service de police de Sherbrooke est l'une des meilleures organisations policières au Québec», soutient Robert Pednault.

«Si c'était à refaire, j'aurais le même cheminement même si ce serait impossible aujourd'hui.»


Ce dernier a été de toutes les opérations majeures qui se sont déroulées à Sherbrooke au cours des 25 dernières années. Celui qui défendait ses jeunes confrères lorsqu'il était sur la patrouille a aussi contribué à faciliter l'accession des femmes à la profession policière. En tant qu'officier syndical, il a travaillé à améliorer leurs conditions.

«J'ai connu une carrière très riche. Si c'était à refaire, j'aurais le même cheminement même si ce serait impossible aujourd'hui. J'ai occupé plusieurs fonctions dont je n'ai jamais eu officiellement les grades», mentionne Robert Pednault.

Lors de son passage aux enquêtes, Robert Pednault a travaillé à traquer les meurtriers d'Isabelle Bolduc.

L'une de ses grandes fiertés demeure d'avoir contribué à la fondation du Groupe d'intervention du SPS en 1991. Équipe qu'il a dirigée notamment avec celui qui assurera son intérim, Danny McConnell.

«Je ne garde que de bons souvenirs du SPS malgré les crises que nous avons traversées au fil des ans. C'est dans les moments plus difficiles que les troupes se rapprochent. Je suis toujours demeuré proche du terrain même lorsque j'ai été nommé à la direction du service. J'ai toujours maintenu ce contact», mentionne le directeur du SPS.

À 57 ans, Robert Pednault entend profiter de sa retraite pour se consacrer à sa famille notamment avec l'arrivée d'un quatrième petit-enfant.

«Rien n'est conclu, mais j'aimerais enseigner en techniques policières pour transmettre ma passion à la relève policière», avance le directeur du SPS.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer