Abolition de deux postes de cadres chez les pompiers

Le processus d'optimisation se poursuit à la Ville de Sherbrooke et le jeu de... (Archives La Tribune, Julien Chamberland)

Agrandir

Archives La Tribune, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le processus d'optimisation se poursuit à la Ville de Sherbrooke et le jeu de chaise musicale lié à certains départs au Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPCIS) permet l'abolition de deux postes de cadres. Une réorganisation des ressources permet ainsi à la municipalité d'économiser 462 720 $.

«Nous avons ciblé cinq postes où une réorganisation est possible. C'est seulement le service administratif qui est en cause. Il n'y a aucune mesure qui touche le citoyen. Nous conservons le même nombre de pompiers», a expliqué le directeur du SPCIS Stéphane Simoneau.

Concrètement, un poste de cadre de conseiller en sécurité civile et un poste de cadre de chef de division intervention incendie ont été abolis. Un poste d'adjoint au directeur a été transformé en poste de coordonnateur administratif, provoquant à lui seul des économies de 23 500 $.

Dans la même réorganisation, le personnel de la division de la prévention, qui logeait au 202, rue Wellington Nord, est déplacé à la caserne de pompiers William-Percy-Donahue, sur la rue Terrill. La Ville parvient ainsi à éliminer des frais de location.

Le conseiller Jean-François Rouleau a rassuré les citoyens à son tour. «Nous sommes toujours inquiets quand on entend qu'il y a une diminution des effectifs dans un service de sécurité, mais je suis rassuré. Il reste à souhaiter que d'autres organismes prennent l'exemple sur l'exercice mené par le SPCIS.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer