Le chantier de la cathédrale «est dans les temps»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charlotte R. Castilloux

(SHERBROOKE) Les échafaudages sur la cathédrale Saint-Michel s'imposent dans le paysage sherbrookois depuis 2013. Mais que se trame-t-il précisément à l'abord de ce bâtiment imposant du centre-ville?

«La Cathédrale est présente dans le paysage (sherbrookois) que ce soit vu de l'Est ou de l'Ouest », d'où l'importance, selon l'architecte Rémi Petit, chargé du projet de restauration de la Cathédrale, de s'attarder à un bâtiment comme celui-ci et d'investir dans des rénovations.

C'est en 2013 que la première phase de restauration de la Cathédrale a débuté avec le nettoyage des pierres imbriquées sur les devantures du bâtiment. Les travaux de la deuxième phase, la restauration de l'enveloppe extérieure (maçonnerie, fenêtres et solin) et le remplacement du toit, ont recommencé le 21 mars dernier avec les façades Sud et Ouest.  Les côtés Nord et Est de la cathédrale ont été finalisés en 2015.

Les travaux de la présente phase consistent au remplacement du fenestrage du sous-bassement datant de 1915, à la restauration des autres fenêtres qui, elles, datent de 1957, à la restauration de la maçonnerie ainsi qu'à l'ajout de solin d'acier inoxydable pour assurer l'étanchéité du bâtiment. Dans cette phase, il y est également question du remplacement du toit de bardeaux de béton par un toit d'acier émaillé.

Comme le dit l'architecte M. Petit, « le chantier avance très très bien, on est dans les temps ». Donc, si le projet continu sans surprise, c'est en décembre prochain que les travaux entourant l'enveloppe extérieure de la Cathédrale Saint-Michel devraient se terminer.

Des 8,5 millions de dollars prévus pour la restructuration totale de la Cathédrale Saint-Michel, 4 millions ont été investis dans les travaux de l'enveloppe extérieure. Dans cette portion du budget, on compte la fenestration, la maçonnerie et le solin. En comptant la toiture le montant pourrait s'élever à près de 5 millions de dollars.

Pour la suite des travaux, M. Petit et son équipe s'attaquent dès l'année prochaine à la toiture d'ardoise de l'archevêché jumelé à la Cathédrale. Par la suite, les travaux se dirigeront à l'intérieur de la Cathédrale pour restaurer les enduits intérieurs ainsi que les vitraux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer