Monchénou doit sacrifier six places d'hébergement

La maison de la rue Denault a été... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

La maison de la rue Denault a été mise en vente.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La direction des Résidences Monchénou a décidé de sacrifier six places d'hébergement afin de sécuriser les 17 autres restantes.

C'est au terme d'une «réflexion importante» que le comité de direction de l'organisme d'aide à des personnes handicapées a pris la décision de ne pas renouveler l'entente conclue en 2013 avec des partenaires immobiliers. Cette entente permettait à l'organisme d'offrir six places en hébergement permanent et en hébergement de répit/dépannage au 2330 de la rue Denault à Sherbrooke.

L'objectif est de concentrer tous les efforts et le financement afin de sécuriser 17 places offertes en hébergement via deux maisons, propriétés de l'organisme.

«C'est à regret que nous avons dû prendre cette décision importante. Nous avons pu relocaliser certains des résidants à même nos installations», mentionne David Caron, directeur général de l'organisme.

«Pour d'autres, nous continuons de leur offrir des services externes et à domicile.»

Monchénou avait ouvert ces six places d'hébergement à la suite de demandes des intervenants du Réseau de la santé et des services sociaux de l'Estrie qui reconnaissaient l'absence de ressources d'hébergement pour une clientèle n'ayant pas la capacité de vivre en appartements supervisés, ajoute-t-on dans un communiqué de presse.

Depuis 2009, la direction de l'organisme cherche à obtenir du financement visant à soutenir sa mission globale. Le travail n'est pas terminé.

Rappelons qu'en 2014, devant les difficultés financières persistantes, la direction de l'organisme avait mis sur pied une nouvelle entreprise d'économie sociale, Le Groupe Probex, dont tous les profits financiers sont redistribués aux Résidences Monchénou.

«Après plus de 30 ans de dévouement auprès de la population vulnérable de la région et les nombreuses représentations et démarches effectuées dans les dernières années, nous espérons grandement recevoir le soutien financier minimal de la part du Réseau à très court terme afin de sécuriser notre mission sociale dédiée aux personnes ayant des limitations intellectuelles, des problèmes de santé mentale et à haut risque de vivre de l'itinérance ou des personnes ayant un handicap physique», conclut, M. Caron.

Partager

À lire aussi

  • Groupe Probex ajoute une corde à son arc

    Sherbrooke

    Groupe Probex ajoute une corde à son arc

    Toujours dans le but de soutenir financièrement les Résidences Monchénou, le Groupe Probex a ajouté une corde à son arc dernièrement. L'organisme a... »

  • Un peu d'espoir pour les parents

    Actualités

    Un peu d'espoir pour les parents

    Dossier / Depuis environ un an, le groupe Parents jusqu'au bout se bat pour que le gouvernement soutienne davantage financièrement... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer