Les contributions illégales étaient d'intérêt public, selon deux élues

Marcel Dorval a relancé le début sur le... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Marcel Dorval a relancé le début sur le contenu des résumés des séances du conseil qui sont diffusées à MaTV chaque semaine.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le montage vidéo de la séance du conseil municipal a continué de soulever des passions, lundi à l'hôtel de ville de Sherbrooke. Un citoyen a de nouveau demandé pourquoi les passages sur les contributions illégales au Renouveau sherbrookois n'avaient pas été inclus dans le montage diffusé à MaTV. Les conseillères Nicole Bergeron et Annie Godbout ont elles aussi estimé que ces informations étaient de nature à intéresser le public et qu'elles auraient dû être considérées pour la diffusion.

Le 4 avril, La Tribune révélait qu'un ex-employé du Groupe S.M. avait fait usage de prête-noms pour effectuer des dons de 1000 $ aux trois principaux candidats dans la course à la mairie de Sherbrooke en 2009. Le maire Bernard Sévigny avait répondu aux questions des journalistes lors d'une mêlée de presse en matinée en plus de livrer des explications lors de la séance du conseil municipal en soirée.

Les questions des citoyens portant sur le sujet, de même que les explications du maire, n'ont pas été retenues lors du montage vidéo résumant la réunion du conseil.

«Pourquoi les questions n'ont-elles pas été présentées à la télé? Ç'aurait été plus transparent», a interrogé le citoyen Marcel Dorval.

Aucune ingérence, assure Sévigny

Le maire Bernard Sévigny a mentionné que le montage vidéo ne relève pas de la sphère politique, mais plutôt du service des communications. «Nous nous sommes donné une politique pour le montage pour arriver à l'intérieur d'un bloc d'une heure. Il n'y a aucune ingérence politique. Dans ce condensé, nous ne prenons pas nécessairement le travail que les journalistes font. L'objectif n'est pas de faire ce que les médias font, mais de prendre une autre orientation pour traiter d'autres dossiers d'intérêt. L'intégrale des séances du conseil en audio est disponible sur le site de la Ville pour ceux qui voudraient l'écouter.»

Le président du conseil Serge Paquin mentionne que l'objectif du montage vidéo demeure d'informer les citoyens. «Nous ne diffusons donc pas les commentaires et nous privilégions les sujets qui touchent le plus de gens possible. L'objectif est d'être écouté et nous pensons que de passer les séances intégrales de deux, trois ou quatre heures n'est pas de nature à intéresser les citoyens. De façon unanime, le conseil s'est prononcé contre la diffusion intégrale.»

Dans la période des messages, Nicole Bergeron affirmait qu'elle venait d'apprendre que les passages sur les contributions illégales avaient été supprimés au montage. «C'est bon de se le partager. Avec le contexte ambiant, ce genre de questions, pour moi, il est pertinent de les présenter parce que c'est d'intérêt public. Et je trouve pertinent que les réponses qui ont été données soient également publicisées. Tout ce qu'on peut faire pour relever la sympathie et la confiance à l'égard des politiciens, on devrait se donner toutes les chances de pouvoir le faire.»

Annie Godbout abondait dans le même sens. «Je crois que c'est une erreur d'avoir omis de publier les échanges sur le dossier des contributions illégales. C'est un dossier important aux yeux des citoyens. Il a fait la une du journal. Dans ce temps-là, il faut prendre un peu de recul pour voir les choses avec les yeux d'un citoyen.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer