Un dernier cri pour Brompton

Nicole Bergeron a demandé que le nom des... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Nicole Bergeron a demandé que le nom des nouveaux arrondissements et des nouveaux districts soient déterminés avant les élections de 2017.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les élus municipaux ont été muets après la présentation de la nouvelle carte électorale par la greffière Isabelle Sauvé, lundi à l'hôtel de ville. La seule à s'exprimer, entre autres pour fermer la boucle de son combat pour que Brompton conserve son statut d'arrondissement, aura été la conseillère Nicole Bergeron.

D'emblée, Mme Bergeron a demandé que le nom des nouveaux arrondissements et des nouveaux districts soient déterminés avant les élections de 2017. Dans le même sens, elle souhaite que les populations concernées soient mises à contribution pour choisir les noms.

« Mon prochain commentaire ne s'adresse pas à Me [Isabelle] Sauvé ni aux principes qui l'ont gouvernée dans la réalisation de ses travaux, mais plutôt aux élus qui ont voté pour l'abolition de l'arrondissement de Brompton. Je veux soulever pour la dernière fois qu'il est pour le moins questionnable et dérisoire que d'un côté, on nous dise aujourd'hui que dans le cadre de cet exercice, les limites des districts ont été établies dans le souci de respecter un certain nombre de critères dont la superficie, les barrières physiques, alors que cela n'a de toute évidence pas compté lors de l'exercice de la réforme faisant passer l'arrondissement de Brompton à Fleurimont, puis à Rock Forest-Saint-Élie-Deauville », a lancé Mme Bergeron.

« Tout ce qu'on a vendu à la population, ce sont des économies. Et quand on regarde la nouvelle carte, l'arrondissement auquel Brompton se joindra couvre à peu près la moitié du territoire de la ville de Sherbrooke. Je ne peux que souscrire au travail de Mme Sauvé, mais j'aurais souhaité que des critères autres qu'économiques permettent à Brompton de garder son statut d'arrondissement. »

En fin de séance, le conseiller Jean-François Rouleau a rappelé qu'il aurait souhaité une ville à douze conseillers et l'abolition des arrondissements, mais se rallie néanmoins au découpage de Me Sauvé. « Le découpage qui a été fait démontre clairement la réalité des choses. Je n'ai aucun problème avec cela. C'est très positif. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer