Quatre semaines pour colmater les nids-de-poule

Huit équipes de la Ville de Sherbrooke travaillent... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Huit équipes de la Ville de Sherbrooke travaillent chaque jour à colmater les nids-de-poule.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke travaille d'arrache-pied depuis quelques semaines déjà pour éliminer les nids-de-poule qu'a fait apparaître la période de dégel. Huit équipes de cinq personnes sont dispersées sur tout le territoire, chacune avec son propre circuit. Des employés sont à l'oeuvre de 4 h à 23 h chaque jour.

Guylaine Boutin, directrice au service de l'entretien et de la voirie à la Ville de Sherbrooke, explique que l'objectif est de boucher les trous au fur et à mesure qu'ils apparaissent. « Nous avons concentré nos énergies sur le réseau artériel et des collectrices. À partir de cette semaine, on entre dans le réseau local. C'est une opération qui nous prendra environ quatre semaines pour colmater tous les nids-de-poule. Par rapport à l'an passé, le dégel est deux semaines plus rapide.

Le ministère des Transports a décrété la période de dégel ce matin (lundi). Le dégel rapide n'a pas vraiment d'impact sur la qualité des réparations, c'est-à-dire qu'une journée comme lundi est parfaite parce qu'il n'y pas d'eau et il ne fait pas trop froid. Le pavage tient mieux dans ce temps-là. »

Le réseau routier ne serait pas en plus mauvais état que l'an dernier. « Si on se fie aux requêtes que nous avons eues, nous sommes au même niveau que l'an dernier. Nous avons 225 requêtes citoyennes jusqu'à maintenant. L'an dernier nous en avions 226. Nous prévoyons toutefois un printemps moins long, donc il devrait y avoir moins de nids-de-poule. »

La population est invitée à signaler seulement les nids-de-poule qui posent un danger pour la voiture ou pour la sécurité des automobilistes en signalant le 819 821-5858. « Pour nous, c'est plus efficace de faire une tournée systématique que de courir d'un bout à l'autre de la ville pour faire les réparations. Si ce sont de petits nids-de-poule qui ne sont pas dans les traces de la circulation, il est préférable d'attendre que nous passions. Quand on est rendu à la fondation, au gravier, c'est vraiment un nid-de-poule. Quand c'est une couche d'asphalte qui est partie, c'est un défaut de chaussée, mais il n'y a pas de danger. »

Le temps de réponse, en cas de signalement de la part d'un citoyen, peut varier de quelques heures, pour les urgences, à trois jours.

Le budget consacré annuellement aux nids-de-poule est de 425 000 $. Pour le moment, la Ville ne juge pas nécessaire de faire appel à des compagnies privées, comme elle l'avait fait au printemps 2015, pour suffire à la tâche.

Quant au nettoyage des rues, il se fera en parallèle, quand la température le permettra et que les rues seront complètement exemptes de neige. « Le réseau artériel est sous contrôle donc nous pourrons commencer le balayage. Mais nous voulons laisser le temps aux citoyens de faire leur balayage avant de faire les rues locales, parce que nous ramassons aussi la pierre que les citoyens mettent dans la rue. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer