Un éléphant blanc au coeur d'un long litige

Des bâtiments sont abandonnés depuis des années à Sherbrooke. Pourquoi ? Que... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Il n'y a pas d'activité dans cet ancien garage depuis au moins une quinzaine d'années. Après un long litige pour défaut de paiement de taxes avec l'ancien propriétaire, les deux terrains sur lesquels il est construit ont été achetés par Abdelilah Hamdache, qui en est toujours propriétaire. L'homme déplore que la Ville ait refusé le projet qu'il avait soumis pour ce site.

1091, rue Bowen Sud,

arrondissement de Fleurimont

Valeur : 153 200 $

«J'avais demandé un changement de zonage en 2010 et la Ville a dit non. Je voulais faire un restaurant bigénérationnel, un magasin de produits naturels et deux logements. On m'a dit que si mon projet était à moitié commercial et à moitié résidentiel, ils seraient prêts à le considérer. Mais c'était exactement ce que je proposais et ils ne peuvent pas étudier le même dossier deux fois. Je vais attendre de trouver une oreille plus attentive, mais je ne suis pas pressé. La meilleure façon de se casser la gueule, c'est de se presser. Je suis en train de voir pour d'autres projets, mais c'est sûr que ce n'est pas pour demain.» Le conseiller du district de Lavigerie, Louisda Brochu, explique que le projet ne cadrait pas dans la vision commerciale de la Ville.

«Il y avait un projet de restaurant, mais le pôle que nous voulons développer se situe davantage au coin Bowen et Galt. Il y a déjà plusieurs restaurants pour desservir la clientèle. Dans un quartier résidentiel, on trouvait que c'était incompatible avec le secteur. Nous avons proposé au propriétaire d'aller voir Commerce Sherbrooke pour qu'on l'accompagne, mais on ne s'entend pas sur les usages.

Un salon d'esthétique ou des soins de santé avec des logements au-dessus seraient plus appropriés.» M. Brochu ajoute que le terrain n'est pas contaminé et que la Ville ne peut pas intervenir puisque le bâtiment ne présente pas un risque pour la sécurité.

Des bâtiments sont abandonnés depuis des années à Sherbrooke. Pourquoi ? Que peut faire la Ville ? La Tribune présentait samedi dernier un dossier sur ces bâtiments ou terrains qui attendent depuis plusieurs années que de nouveaux locataires ou propriétaires leur redonnent vie. Nous concluons aujourd'hui notre enquête.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer