Les P'tites boîtes à lunch réinventées

Pendant l'activité «Réinventons la boîte à lunch» organisée... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Pendant l'activité «Réinventons la boîte à lunch» organisée en prélude à l'événement Dégust'Art qui se déroulera en mars, les copropriétaires du Bistro-DT et du Café Massawippi, Dominic Tremblay et Louis François Morel, offraient des bouchées de tortillas au jambon, aux fruits et au fromage à la crème qu'il était possible de convertir aisément en salade.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Parole de Christian Fréchette et Dominic Tremblay, la gestion d'une cuisine de restaurant n'est pas si différente de la cuisine familiale.

Les deux chefs propriétaires donnaient un atelier samedi sur les façons de réinventer les repas de boîtes à lunch et surtout, de maximiser l'argent investi dans l'épicerie en évitant le gaspillage de produits.

Christian Fréchette, du Da Toni, présentait notamment un pain plat tartiné de poulet crémeux avec du fromage à la crème et poivre vert, tandis que Dominic Tremblay, du Bistro-DT et du Café Massawippi, offrait des bouchées de tortillas au jambon, aux fruits et au fromage à la crème qu'il était possible de convertir aisément en salade.

« On est là pour montrer aux parents qu'on peut faire autre chose que le classique jambon fromage entre deux tranches de pain. On a essayé d'y aller avec des ingrédients santé avec beaucoup de protéines, souligne M. Fréchette. Le truc, c'est la simplicité; regarder ce qu'on a dans le frigo. Si on ne veut pas payer cher, il faut commencer par utiliser ce qu'on a en main. Tout se fait avec des restants de frigidaire. »

Dominic Tremblay abondait dans le même sens.

« Peu importe le prix qu'on paye l'aliment de base, l'important c'est de ne pas le gaspiller. Si on est capable de faire trois ou quatre repas différents à partir des mêmes aliments, la boîte à lunch ne coûte rien. C'est pareil pour les restaurants. Si on gère bien la poubelle, on devrait être en mesure de faire de l'argent. »

L'activité se voulait un prélude à Dégust'Art, un événement d'art visuel, de gastronomie et de philanthropie qui rassemblera plus de 45 exposants au Centre Julien-Ducharme du 11 au 13 mars prochain et dont la totalité du montant recueilli sera remis aux P'tites Boîtes à Lunch de La Grande Table. Les exposants ont également promis de remettre 20 % de leurs ventes. L'an dernier, l'événement avait permis d'amasser 10 000 $ et ainsi d'offrir 4000 repas du midi gratuitement à des enfants défavorisés.

L'atelier s'est déroulé dans les locaux de Cuisine idéale Design, situés sur le boulevard Bourque. Une association qui allait de soi entre l'entreprise et Dégust'Art au dire de la directrice générale de Cuisine idéale Design à Sherbrooke, Karine Martineau.

« Quand on nous a présenté le projet, c'est venu me chercher directement, parce que dans un passé pas si lointain j'ai eu à budgéter très serré pour faire l'épicerie en étant la maman de trois enfants. Je n'ai jamais eu besoin d'aide externe, mais j'ai souvent eu à me casser la tête pour maximiser les sous et rentabiliser l'épicerie. Étant à la tête d'une entreprise maintenant, je trouve que c'est une façon de redonner et d'aider des gens en semblables situations. Les jeunes, c'est notre avenir et il faut leur donner la chance d'apprendre et de se développer », résume-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer