Un abandon de chatons qui aurait pu être évité

Les chatons Agathe, Agnès, Pico et Félix sont... (Photo fournie par la SPA)

Agrandir

Les chatons Agathe, Agnès, Pico et Félix sont issus d'une portée non désirée. Comme plusieurs autres chatons et chiots, ils ont été abandonnés à la SPA de l'Estrie.

Photo fournie par la SPA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) En cette Semaine nationale de la stérilisation animale au Québec, la Société protectrice des animaux (SPA) de l'Estrie fait circuler la photo d'adorables chatons abandonnés pour sensibiliser la population.

Les chatons baptisés Agathe, Agnès, Pico et Félix ont été retrouvés il y a un mois, dans une boîte déposée au seuil de la porte de la SPA sur le boulevard Queen-Victoria. Cette portée de quatre chatons, âgés d'à peine sept semaines, n'était sûrement pas prévue, fait remarquer la responsable des communications et porte-parole de l'organisme, Cathy Bergeron.

Ne sachant que faire de celle-ci et n'ayant probablement pas été en mesure de trouver un nouveau toit pour chacun des rejetons, sa famille l'a ainsi maladroitement confiée aux soins du refuge. Un tel scénario aurait pourtant pu être évité si les parents de ces chatons avaient été stérilisés.

« Qu'il s'agisse de chiens ou de chats, la stérilisation est, bien évidemment, la seule option pour contrer les portées non désirées et, conséquemment, les abandons, affirme Mme Bergeron dans un communiqué de presse.

« Nous sommes très fiers d'avoir été l'une des premières SPA-SPCA de la province à mettre en place, en 1998, un programme de stérilisation de tous les animaux que nous plaçons à l'adoption. Depuis, plus de 43 000 chats et chiens ont ainsi été stérilisés sous notre toit et nous demeurons convaincus des impacts positifs de ce programme. »

La Semaine nationale de la stérilisation animale au Québec est en cours jusqu'au 27 février. La SPA estime que quatre ans suffisent pour qu'un couple de chats et ses descendants engendrent plus de 20 000 chats. Il faut sept ans pour qu'un couple de chiens et ses rejetons aient une descendance de 4000 chiens.

« Avec un tel potentiel de reproduction, l'impact de chaque stérilisation est énorme », soutient Mme Ber

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer