Un lieu de rencontre et des services de proximité demandés à Ascot

130 personnes ont participé samedi à l'école internationale... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

130 personnes ont participé samedi à l'école internationale du Phare au Forum citoyen à l'invitation de l'organisme Ascot en Santé. Durant la journée, un atelier de travail a été consacré à la place faite aux jeunes auquel a participé Benoit Dionne (à l'avant-plan), professeur à du Phare.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Des services de proximité et un lieu de rencontre devraient voir le jour dans le secteur d'Ascot au cours des cinq prochaines années si l'on tient compte des besoins exprimés, samedi, par les résidants de ce quartier de l'arrondissement du Mont-Bellevue.

Plus de 130 personnes ont participé au Forum citoyen organisé par l'organisme Ascot en Santé à l'école internationale du Phare, qui visait à identifier les enjeux et les projets à développer dans Ascot pour la prochaine période quinquennale. Avec les nombreuses rencontres menées depuis septembre auprès de différents groupes, Ascot en Santé aura consulté près de 300 personnes.

« Les gens ont clairement demandé un espace dans le quartier pour se rencontrer de façon informelle, un lieu où on aurait aussi accès à des services alimentaires où il y aurait de la nourriture de qualité, mais à des coûts abordables », souligne l'agente de développement d'Ascot en Santé, Sandy Tremblay. Est-ce que ça va passer par un café populaire ou une maison de quartier, ça reste à définir, mais les gens veulent un lieu de rencontre pour échanger avec leurs concitoyens. »

Ces derniers ont également fait part des difficultés rencontrées pour trouver un emploi et des services à proximité de leur domicile.

« On a beaucoup de locaux commerciaux vacants et beaucoup de gens sans emploi. On nous demande de trouver une façon de revitaliser le quartier. C'est un besoin qui est sorti autant chez les adolescents que chez la population adulte, qui aimerait trouver un emploi près de chez eux. Dans un quartier à faible revenu, les services de proximité reviennent constamment », mentionne Mme Tremblay.

Ascot en Santé prévoit être en mesure de lancer son plan d'action en septembre, souligne l'agente de développement.

« C'est un travail de longue haleine qui en vaut la peine. Les gens qui participent sont des experts du quartier, donc ça nous a permis de dresser un portrait actuel des besoins des gens, pour porter des projets qui vont concrètement améliorer la vie des gens à court et moyen terme. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer