Le Carnaval tiendra une immense bataille de boules de neige

Pour son 50e anniversaire, le Carnaval de Sherbrooke prend de... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Pour son 50e anniversaire, le Carnaval de Sherbrooke prend de l'expansion. La féérie hivernale, qui se tiendra du 26 au 28 février, occupera en effet trois sites cette année : le Marché de la gare, le centre-ville de Sherbrooke ainsi que le parc Jacques-Cartier.

Ce dernier sera d'ailleurs le théâtre d'une immense bataille de boules de neige, inspirée du film à succès La Guerre des tuques 3D.

Pour cette grande bataille de boule de neige, les organisateurs demandent aux participants de se déguiser à la manière des personnages du film et à arborer leur armure « maison ». Comme le nombre de places est limité, les citoyens intéressés sont invités à s'y inscrire par le biais du site web carnavaldesherbrooke.ca sous l'onglet « billets ».

Des prix pour les déguisements les plus originaux seront décernés au terme de l'activité.

Des feux d'artifice du pont Aylmer

Autre nouveauté : les feux d'artifice du samedi soir seront lancés à partir du pont Aylmer, ce qui devrait permettre à un plus grand nombre de spectateurs d'avoir un meilleur point de vue sur l'ampleur du spectacle pyro-musical.

Comme par les années passées, la côte King sera ensevelie sous un immense couvert de neige afin de permettre la tenue de glissades. Cinquante personnalités de la région inaugureront la pente, samedi, dont le chanteur Pierre Lapointe qui sera produira  en spectacles au théâtre Granada le soir même.

«En fait, le Carnaval, c'est une fête hivernale qui n'a pas vraiment besoin... de l'hiver.»


Une place importante sera accordée à la culture sous toutes ses formes, y compris celle des Premières nations. La Fédération des communautés culturelles animera une des deux scènes installées sur les rues Wellington Sud et Nord.

Pour ce qui est des inquiétudes liées à la température clémente des dernières semaines, la coordonnatrice de l'événement, Claudine Roussel, a voulu se faire rassurante en affirmant que tout avait été prévu en conséquence:

« En fait, le Carnaval, c'est une fête hivernale qui n'a pas vraiment besoin... de l'hiver, a-t-elle indiqué. On a fabriqué de la neige. On s'est assuré que toutes nos activités puissent se tenir sans que le couvert de neige soit extrêmement épais. La neige qu'on met dans la côte King est déjà préparée et stockée et sera livrée au moment opportun (...). Ne vous inquiétez pas, la température clémente des dernières semaines ne nous inquiète pas », a-t-elle assuré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer