Le Salon de l'auto sur les chapeaux de roue

Sarah-Ève Labrecque, coordonnatrice du Salon de l'auto, était... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Sarah-Ève Labrecque, coordonnatrice du Salon de l'auto, était enchantée de la réponse du public.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) À sa première année d'existence, le Salon de l'auto de Sherbrooke a démarré sur les chapeaux de roue et a doublé l'objectif de visiteurs que les organisateurs s'étaient fixé.

Plus de 10 000 personnes ont transité par le Centre de foire de Sherbrooke, en fin de semaine, qui accueillait sous son toit depuis vendredi des véhicules de prestige comme des Rolls Royce, dont la valeur atteint près d'un demi-million $, des Porsche, des BMW et des Corvette, pour ne nommer que ces modèles chéris des amateurs de véhicules de luxe.

« Les premières éditions, c'est toujours en quelque sorte un coup de dés et je me disais qu'à partir de 5000 personnes, j'allais être vraiment contente, relate Sarah-Ève Labrecque, coordonnatrice de l'événement pour Sept-24 Communications. On a atteint l'objectif pratiquement la première journée alors on a été agréablement surpris. Ça s'est vraiment bien passé. »

«Il y a aussi eu les sièges de réalité augmentée qui était une attraction très courue.»


Avec des voitures de Drag, des véhicules antiques, des voitures de collection, il y en avait pour tous les goûts et tous les groupes d'âge au Centre de foires, selon Mme Labrecque.

« En plus des nombreux exposants, la DeLoran de Retour vers le futur a été très populaire pour la famille. Les simulateurs de course avec vision HD étaient toujours pleins et ils ont dû établir un système de numéros pour répondre à la demande. Il y a aussi eu les sièges de réalité augmentée qui était une attraction très courue. Chacun des kiosques se complétait bien. Et il y en avait pour tous les goûts. Il y avait suffisamment de diversité pour que tout le monde puisse s'occuper toute la journée. »

Plusieurs véhicules hybrides, dont la BMW I8 fabriquée de carbone d'une valeur qui atteint les 150 000 $, attiraient particulièrement le regard des visiteurs.

« On va l'acheter à mon gars pour ses 18 ans », blaguait Anne-Marie Doyon en observant les yeux satisfaits de son fils de 15 ans derrière le volant du bolide.

Avec son conjoint Marco Pépin ainsi que ses deux garçons, Gabriel et Guillaume Pépin, la famille de Coaticook a l'habitude d'aller visiter le Salon de l'auto de Montréal. Celle-ci se disait agréablement surprise de la grande variété de véhicules qu'on pouvait retrouver à celui de Sherbrooke.

« On a toujours aimé ça et comme on avait la chance d'en avoir un de proche, on voulait le voir. On s'attendait à ce que ça soit plus des voitures familiales et nous étions très contents de voir des voitures sport », soulignent les deux parents.

Des conférences étaient aussi offertes par les chroniqueurs Jacques Deshaies, Marc-André Gauthier et Jean-François Savoie du Guide de l'auto.

Sans confirmer que l'événement sera de retour, Sarah-Ève Labrecque admet que l'organisation souhaite qu'il y ait une suite.

« À tâter le pouls des gens sur le terrain, tout le monde est enthousiaste pour l'organisation d'une deuxième édition. »

Partager

À lire aussi

  • Sherbrooke a son Salon de l'auto

    Actualités

    Sherbrooke a son Salon de l'auto

    Sherbrooke n'a plus rien à envier à Montréal ou Québec en matière automobile avec la tenue de la première édition du Salon de l'auto de Sherbrooke. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer