Feu rouge et arrêt : le SPS aura les conducteurs à l'oeil

Jusqu'à la fin février, le Service de police... (Archives La Tribune)

Agrandir

Jusqu'à la fin février, le Service de police de Sherbrooke effectuera une série d'opérations visant le respect des feux de circulation et des panneaux d'arrêt.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Jusqu'à la fin février, le Service de police de Sherbrooke (SPS) effectuera une série d'opérations visant le respect des feux de circulation et des panneaux d'arrêt.

Le Code de la sécurité routière sera appliqué à la lettre pour rendre la circulation plus sécuritaire, annonce le corps de police municipale. Selon le SPS, 30 pour cent des accidents sur le territoire Sherbrookois sont reliés à ces infractions.

«En janvier, nous avions surveillé de près les infractions liées à la conduite hivernale, comme le déneigement des véhicules et les pneus d'hiver. En février, nous nous concentrons sur les feux de circulation et les arrêts obligatoires», explique Martin Carrier, porte-parole du SPS.

«Si 30 pour cent des accidents relèvent de ce type d'infractions, c'est dire que 400 événements pourraient être évités. En 2015, nous avons distribué 1074 billets d'infraction pour des feux de circulation non respectés et 1261 billets d'infraction pour des arrêts obligatoires omis.»

Ainsi, face à un feu rouge, le conducteur d'un véhicule routier doit immobiliser son véhicule avant le passage pour piétons ou la ligne d'arrêt ou, s'il n'y en a pas, avant la ligne latérale de la chaussée qu'il s'apprête à croiser. Le virage à droite au feu rouge n'est pas une obligation. On doit s'immobiliser complètement avant de repartir si aucun véhicule s'en vient, fait remarquer l'agent Carrier.

Il ne peut poursuivre sa route que lorsqu'un signal lui permettant d'avancer apparaît, précise-t-on.

De plus, le Code oblige le conducteur d'un véhicule routier qui fait face à un panneau d'arrêt d'immobiliser son véhicule. En cas de non-respect de la directive, les fautifs s'exposent à une amende de 100$ et à trois points d'inaptitude.

«Nous ne surveillerons pas seulement les grandes artères, prévient-il. Nous serons présents aussi dans les quartiers résidentiels. Nous recevons beaucoup de plaintes pour des arrêts obligatoires non respectés dans les petites rues.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer