«Je songe à déménager»

David Provost, citoyen de l'arrondissement de Rock Forest... (Spectre, Marie-Lou Béland)

Agrandir

David Provost, citoyen de l'arrondissement de Rock Forest -Saint-Élie -Deauville,  doit éponger une hausse de 1310 $ de son compte de taxes.

Spectre, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) Plusieurs citoyens ont exprimé leur mécontentement aux élus lundi soir concernant la hausse du compte de taxes. Les propriétaires des Serres et pépinière St-Élie se sont présentés au conseil municipal pour sensibiliser les conseillers aux « dommages collatéraux » de la hausse du compte de taxes.

« Ce que je voudrais amener aux élus, c'est un point de vigilance. Il y a des dommages collatéraux à la suite des décisions que vous prenez et que dans le brouhaha, j'ai l'impression que vous oubliez », a soutenu Mélanie Grégoire, copropriétaire des Serres, avant d'énumérer une suite de conséquences.

« Diminution du pouvoir d'achat pour les citoyens, augmentation du prix des produits locaux, à court et moyen terme nous aurons des maisons moins entretenues sur le territoire de la ville, des entreprises qui vont commencer à penser à déménager... » a-t-elle dénombré.

« M. Sévigny, quand vous avez annoncé la hausse de 4,77 %, vous avez bien défini que dans certains cas ce serait plus et vous avez parlé d'un maximum de 12 à 15 %. [...] J'ai reçu mon compte de taxes et la hausse est de plus de 35 % et ça, c'est sans compter la surtaxe que je dois payer pour la construction du boulevard Industriel. Et de ce que j'ai compris, le boulevard Industriel va m'amener une autre augmentation de la valeur de mon terrain au prochain rôle d'évaluation qui va m'amener une autre hausse de taxes. On ne s'en sort pas! » a plaidé Mme Grégoire.

Son collègue d'affaires, Michel Grégoire, dit se « sentir pris en otage » autant pour son commerce que sa résidence.

« Quand est-ce que les gens vont arrêter d'administrer une ville de façon à ce que si le budget ne fonctionne pas, on va augmenter les taxes. Il y a certainement une façon de couper dans le gras. [...] Il faut revoir vos processus de travail, il y a trop d'argent qui se perd », a affirmé le copropriétaire des Serres et pépinière.

Un citoyen de l'arrondissement de Rock Forest - Saint-Élie - Deauville, David Provost, doit pour sa part éponger une hausse de 1310 $ de son compte de taxes.

« J'habite en milieu rural, chemin de terre, sans égout ni aqueduc. Une partie de mon terrain est en milieu humide, je ne peux donc pas bâtir dessus. J'ai subi une hausse de 32 %. Ça fait 22 ans que j'habite à Saint-Élie et je compte sérieusement quitter Sherbrooke », a lancé M. Provost.

Marc Bolduc, résidant de l'arrondissement de Fleurimont, a questionné les élus sur la hausse de valeur de son terrain.

« Mon terrain valait 30 000 $ et maintenant il en vaut 62 000 $. Comment est-ce que la valeur du terrain peut avoir doublé? [...] Vous dites que vous vous basez sur la valeur du marché, mais il n'y a aucun terrain qui s'est vendu dans notre coin depuis une éternité puisque tout est bâti », a-t-il affirmé.

Mohamed Amdi, de Fleuriront, a subi une hausse de 15 %. Selon lui, les résidences de ses voisins n'ont pas subi une telle hausse.

« Comment est-ce possible quand vous dites que l'évaluation est faite par secteur? Si c'était le cas, la hausse devrait toucher tout le monde. [...] Lorsque l'argent manque, il faut trouver d'autres systèmes pour aller en chercher que de toujours vouloir nous en chercher », a fait valoir M. Amdi.

À plusieurs reprises, le président du conseil, Serge Paquin, a invité les citoyens à communiquer avec la Ville afin d'obtenir plus d'informations ou encore pour faire réviser l'évaluation de leur propriété. Chloé Cotnoir

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer