Salle de diffusion : la Ville réaffirme son intention d'aller de l'avant

Le comédien Normand Chouinard, associé à ce projet... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le comédien Normand Chouinard, associé à ce projet depuis le début, est venu sensibiliser les élus face à l'importance d'aller de l'avant.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke relance le gouvernement pour l'implantation d'une salle de diffusion au centre-ville. Le conseil municipal a adopté une résolution lundi demandant au ministère de la Culture et des Communications (MCC) de reconduire, pour une période de deux ans, l'entente de principe visant l'implantation d'un lieu de diffusion spécialisé en théâtre et en danse pour le jeune public au centre-ville, à proximité du Centre des arts de la scène Jean-Besré.

La Ville de Sherbrooke, promotrice du projet, réaffirme ainsi son intention de payer 40 % des coûts de construction de l'édifice au coût estimé d'environ 8 M$. Elle assumera ensuite les dépenses annuelles d'éclairage, de chauffage et de climatisation du bâtiment (montant estimé à 38 000 $ en 2010).

Les compagnies artistiques assumeront 10 pour cent des coûts de construction du lieu et les responsabilités et les dépenses de la gestion artistique et administrative de celui-ci.

L'adoption de cette résolution était préalable à l'obtention d'une prolongation de l'entente de principe avec le gouvernement autorisant la poursuite des travaux d'élaboration du projet accordé en 2013.

Un retard à rattraper

Le comédien Normand Chouinard, associé à ce projet depuis le début, est venu sensibiliser les élus face à l'importance d'aller de l'avant.

« Nous sommes en retard en Estrie. On a le plus faible taux d'assistance en matière de théâtre enfant-jeunesse et de danse enfant-jeunesse au Québec. C'est inadmissible », a commencé par faire valoir l'Estrien d'adoption.

« Ça fait longtemps que l'on [le diffuseur spécialisé Côté Scène] ramasse des sous pour se permettre cette salle. Notre campagne de financement dure depuis deux ans, et nous avons déjà amassé plus de 500 000 $. Nous avons un plan d'affaires. Il s'agit d'être imaginatif pour trouver des fonds et tant que je serais là, nous ne baisserons pas les bras », a-t-il assuré.

Une étude de marché en réalisée en 2008 et une autre de préfaisabilité de 2010 ont été reconnues concluantes par le MCC. Cette salle de diffusion devrait compter entre 200 à 300 places.

des conseillers inscrivent leur Dissidence

Les conseillers David Price, Hélène Dauphinais, Jean-François Rouleau et Pierre Tardif ont enregistré leur dissidence.

Ce dernier étant président du comité de la culture, sa dissidence a causé la surprise chez plusieurs de ses collègues. « Vous allez avoir de la misère à terminer votre mandat », a commenté Louisda Brochu.

« Je ne trouve pas contradictoire d'être contre un projet et d'être président du comité de la culture. », s'est défendu le conseiller du district du Carrefour.

« On sait que la culture doit débuter à un jeune âge, j'ai toujours été très conscient de ça. Toutefois, ce n'est pas parce que nous allons avoir un centre de diffusion que les jeunes seront plus exposés à la culture. La culture ce n'est pas juste la danse et le théâtre, c'est beaucoup plus large », a-t-il poursuivi.

« Investir dans la culture oui j'y crois, mais j'assume mes propos de ce soir. J'aurais pu, en 2017 à la fin de mon mandat, dire que j'avais des questionnements sur ce projet, mais je l'ai fait ce soir et je suis bien à l'aise » a terminé M. Tardif.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer