CPE: la pression s'accentue en Estrie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La mobilisation s'accentue de semaine et semaine dans les Centres de la petite enfance (CPE) de l'Estrie.

Les 1er et 2 février ont été choisis par le Regroupement des CPE des Cantons-de-l'Est (RCPECE) pour envoyer des lettres et faire des appels aux députés de la région et au premier ministre du Québec, Philippe Couillard, pour faire connaître les impacts des coupes annoncées de 120 millions $ dans le réseau de la petite enfance.

«La mobilisation est très présente en Estrie. On le voit par les gestionnaires, les parents, les éducateurs et les citoyens en général qui se mobilisent derrière la cause de la petite enfance. Les gestionnaires de CPE se demandent comment ils vont faire avec ces coupes parce qu'ils ont à coeur de garder des services de qualité pour les enfants. Cependant, ils en sont rendus à une limite sur le plan budgétaire», soutient la directrice générale du RCPECE, Lucie Therriault.

Le RCPECE attend les parents, gestionnaires, enfants et tous les citoyens concernés par cette cause à un grand rassemblement au parc Jacques-Cartier de Sherbrooke, le 7 février à 10 h.

«Nous allons tenir ce rassemblement simultané avec celui de Montréal. Nous serons là pour nous mobiliser pour la petite enfance. Par ces actions, nous voulons préserver la qualité, assurer le bien-être et la sécurité des enfants. Faisons-le au nom de la qualité, au nom des enfants», mentionne Mme Therriault qui rappelle de slogan de mobilisation: «Debout pour la petite enfance, réaffirmons notre choix de société.

Le président-directeur général de l'Association québécoise des CPE, Louis Sénécal, qui est de passage en Estrie, lundi et mardi, souligne la mobilisation citoyenne des dernières semaines envers les CPE.

«Depuis le retour des Fêtes, nous avons démontré que l'éducation à la petite enfance était une priorité au Québec. Les chaînes humaines et les démonstrations sur les réseaux sociaux sont extraordinaires. Nous avons franchi le cap des 40 000 signatures électroniques pour le double des signatures papier. L'objectif d'atteindre les 100 000 signatures est à portée de main», soutient Louis Sénécal qui souligne le mouvement citoyen.

Ce dernier rappelle que les familles sont frappées de plein fouet depuis 2014 avec les problématiques liées aux nouvelles places en CPE, puis le choc tarifaire et les compressions supplémentaires annoncées de 120 millions$.

«Le premier ministre Couillard a justifié ses actions par le déséquilibre budgétaire. Maintenant que l'équilibre budgétaire est atteint et qu'il y a même de surplus importants, il doit réinvestir en fonction de priorités. Rien n'est réglé. Avec le nouveau ministre, qui est un nouvel interlocuteur, il doit arriver avec un mandat clair de réinvestir en petite enfance. Nous devrions le rencontrer très rapidement et nous verrons si ce ministre a reçu le mandat de reconnaître la priorité de nos enfants dans le budget du Québec», signale M. Sénécal.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer