« Ce n'est pas juste une piste, c'est le développement de la fédération »

Productions Circus voit grand pour le premier centre national d'entraînement... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Productions Circus voit grand pour le premier centre national d'entraînement d'icecross downhill, qui prendrait place à Sherbrooke.

La première génération de patineurs extrêmes, dont Christian... (Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

La première génération de patineurs extrêmes, dont Christian Papillon fait partie, travaille très fort depuis environ cinq ans pour que la discipline sorte de l'événementiel, du happening généré par Red Bull. 

Archives La Presse

Le fondateur et directeur de Productions Circus, Christian Papillon, le voit « aussi gros » que la Coupe Riders. Même que dans le meilleur des mondes, le centre pourrait vivre sans qu'une étape du calendrier du circuit s'arrête à Sherbrooke.

« L'idée, c'est d'aller là. La Coupe Riders est importante, mais le centre d'entraînement est quelque chose de tout aussi important. Pour que le projet et le sport s'implantent », fait valoir M. Papillon, un homme originaire de Québec, en entrevue avec le quotidien Le Soleil.

Car derrière le projet de centre d'entraînement de Sherbrooke se cache un mouvement encore plus large. La première génération de patineurs extrêmes, dont Christian Papillon fait partie, travaille très fort depuis environ cinq ans pour que la discipline sorte de l'événementiel, du happening généré par Red Bull.

Pour donner du sérieux au sport, certains d'entre eux ont fondé la All Terrain Skate Cross Federation, en 2015. Internationale, elle est chapeautée par l'Autrichien Stefan Aufschnaiter, l'inventeur du icecross downhill en 1999-2000. L'organisation est chargée d'homologuer les courses et d'encadrer la réglementation de la discipline.

« Un des gros trucs sur lequel on travaille, c'est vraiment le sport comme tel », explique Christian Papillon, qui, malgré son horaire chargé, planche également sur la branche canadienne de la fédération. « On veut avoir la relève, avoir des pistes, des centres d'entraînement. [À Sherbrooke], ce n'est pas juste une piste, c'est le développement de la fédération. »

Dans la vision de Christian Papillon, qui pilote le projet indépendamment de ses fonctions de directeur sportif de la série Red Bull Crashed Ice, le parcours serait utilisé tout l'hiver pour le recrutement et le développement des athlètes.

« Ce serait un grand pas en avant pour le développement du sport, pour trouver de nouveaux coureurs », a-t-il expliqué, depuis la Finlande où une épreuve de la série Red Bull Crashed Ice était tenue cette fin de semaine. « Si tu n'as pas d'infrastructures pour pratiquer, c'est plus difficile de créer de la relève ou de t'améliorer. »

Le centre serait national, à la fois ouvert aux pros et aux recrues.

Les meilleurs athlètes d'icecross downhill au pays pourraient par exemple y converger afin de se préparer aux épreuves nord-américaines, comme celle d'Ottawa l'an prochain.

Pour ce qui est de créer de la relève, Productions Circus permet à nouveau aux amateurs de dévaler le parcours glacé. À compter de mercredi, la piste sera accessible aux amateurs moyennant de 40 à 50 $ pour un bloc d'une heure trente à deux heures d'utilisation. Chaque personne inscrite sera initiée par un instructeur expérimenté.

Avec Jacynthe Nadeau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer