Hausse de taxes: le téléphone sonne chez les élus

Les citoyens étaient encore nombreux mercredi à s'interroger... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les citoyens étaient encore nombreux mercredi à s'interroger sur les changements à leur évaluation foncière et sur l'importance des hausses de taxes municipales auxquelles ils sont soumis.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les citoyens étaient encore nombreux mercredi à s'interroger sur les changements à leur évaluation foncière et sur l'importance des hausses de taxes municipales auxquelles ils sont soumis. En fin de journée hier, on comptait près de 600 demandes d'information depuis le dépôt du nouveau rôle d'évaluation.

Sur les médias sociaux, certains élus rapportaient avoir dû répondre à plusieurs appels de citoyens, qu'ils ont redirigés vers les services municipaux.

Par exemple, Hélène Dauphinais écrivait sur Facebook que « comme plusieurs conseillers municipaux, je reçois des appels et des courriels de votre part parce que la hausse de votre compte de taxes est trop élevée. Dans certains cas, la hausse dépasse 200 $, alors que lors du budget on parlait d'une hausse d'environ 82 $. Je comprends votre colère : elle était prévisible, surtout dans le contexte économique actuel. Je tiens cependant à vous rappeler que j'ai proposé au conseil municipal une solution permettant de faire passer la hausse de taxes de 4,77 à 3 %. L'étude de cette solution a été repoussée du revers de la main. »

Son collègue Pierre Tardif faisait de même. « Le fameux compte de taxes municipales est arrivé? Ho, ho, merci Monsieur le Maire. 4,77 % et en plus les nouvelles normes d'évaluation que personne ne comprend et personne ne peut nous expliquer clairement. Oui, depuis hier [lundi] le téléphone n'arrête pas et j'entends toutes sortes d'histoires... Pour les personnes qui ont réellement des augmentations qui dépassent de beaucoup la normale, il est possible de téléphoner au secteur de l'évaluation et de parler de votre augmentation avant de faire la demande de revision », écrivait-il.

M. Tardif rappelait avoir voté contre le budget. « Ne vous en faites pas, l'an prochain les taxes vont probablement être gardées le plus bas possible... Il faut se préparer pour les élections en 2017 et on mise que vous allez avoir oublié le 4,77 % », ajoute-t-il.

Annie Godbout confirmait elle aussi que son téléphone avait beaucoup sonné.

Au téléphone, le maire Bernard Sévigny confirmait l'important volume d'appels. « C'est normal. Ça se produit chaque fois que nous déposons un nouveau rôle, en particulier dans ce cas-ci avec la hausse de la valeur des terrains. Ça suscite beaucoup d'incompréhension. D'un autre côté, il y a encore des gens qui nous appellent parce que la valeur de leur propriété a baissé. Il reste que l'évaluation foncière ne fait l'objet d'aucune pression politique. C'est un cadre légal qui est appliqué. C'est de la mécanique...

« Oui, il y a des réactions, qui sont compréhensibles, mais nous avons expliqué les raisons de la hausse de taxes lors du dépôt du budget en décembre. Les citoyens ont toujours l'opportunité, s'ils ne sont vraiment pas contents, de demander une réévaluation. Pour le moment, il s'agit d'expliquer la situation et d'orienter les gens. C'était pareil il y a trois ans et ce sera pareil dans trois ans. C'est un peu complexe et technique. Les gens font l'association entre la hausse de l'évaluation et le conseil, mais ce n'est pas la réalité. »

Pour des questions sur la taxation, il est possible de téléphoner au 819 821-5626. Celles sur l'évaluation doivent être adressées au 819 821-5715.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer