Des commerçants découragés par la hausse de taxes

Mélanie Grégoire, copropriétaire des Serres et pépinière Saint-Élie,... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Mélanie Grégoire, copropriétaire des Serres et pépinière Saint-Élie, se demande quand les dépenses imprévues s'arrêteront. Après avoir dû assumer une partie des coûts d'urbanisation du boulevard Industriel, la femme d'affaires constate que sa propriété vaut 330 200 $ de plus qu'au rôle précédent, ce qui fait grimper son compte de taxes de 6275 $, soit une augmentation de 35 %.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Certains commerçants du boulevard Industriel ont poussé un nouveau soupir de découragement en recevant leur compte de taxes. Après avoir appris l'an dernier qu'ils devraient assumer une partie des coûts d'urbanisation du boulevard, une partie de ces commerçants encaissent une hausse de taxes salée. Ils ajoutent leur nom à ceux qui demanderont probablement une réévaluation de leur propriété.

Aux Serres et pépinière Saint-Élie, la copropriétaire Mélanie Grégoire accuse le coup en se demandant quand les dépenses imprévues s'arrêteront. Au rôle d'évaluation 2016-2018, sa propriété vaut 330 200 $ de plus qu'au rôle précédent. Les taxes grimpent quant à elles de 6275 $, soit une augmentation de 35 %. Selon le service des communications de la Ville de Sherbrooke, la plus récente évaluation foncière, basée sur une valeur au 1er juillet 2014, ne tient pas compte de l'urbanisation du boulevard. Une nouvelle hausse de valeur est donc à prévoir au rôle 2019-2021.

Quant à la facture liée à l'urbanisation, elle devrait arriver au plus tôt en 2017. Les 17 commerçants concernés doivent se partager une facture de 290 000 $.

« La valeur de notre propriété augmente de 300 000 $. C'est beaucoup. Je ne peux pas croire que nous devrons payer 6000 $ de plus par année en plus de tout le reste. C'est évident que je vais lever la main et demander une réévaluation. Il viendra un temps où nous ne serons plus capables d'absorber ces augmentations. Il doit y avoir une fin. Ça devient perturbant », commente Mme Grégoire.

« Avant, nous étions zonés agricole et ça nous coûtait beaucoup moins cher. Ce n'est pas juste le compte de taxes qui augmente. Il y a le coût de la main-d'oeuvre, de l'énergie, du plastique. Je suis en train de me sortir du marché à cause de l'endroit où je suis située. » Le terrain des Serres et pépinière est maintenant zoné commercial.

Mélanie Grégoire ne vise pas à déménager, mais l'option a été évoquée par un de ses partenaires d'affaires. « L'hypothèse a été soulevée qu'on vende et qu'on aille s'installer en zone agricole. Si je vends et que je me reconstruis, ce ne sera pas sur le territoire de la Ville de Sherbrooke. L'idée n'est pas de partir, mais il faudrait que ça arrête. La Ville ne fait rien pour encourager les entrepreneurs... »

Une demande de révision viendra certainement, également, des propriétaires de terrains le long de la 12e Avenue, près de l'intersection de la rue Brûlotte. Daniel Leblanc est actionnaire d'une compagnie à numéro qui possède deux terrains vacants dont la valeur a littéralement explosé. Dans le premier cas, le terrain passe de 265 600 $ à 777 900 $. Le lot jouxtant celui-là vaut maintenant 1,1 M$ alors qu'il était évalué à 315 000 $ au rôle précédent. Au final, ce sont 28 200 $ de plus en taxes que ces propriétaires devront absorber.

« C'est certain que nous ferons des démarches pour réévaluer. Si nous n'avons pas le choix, nous absorberons la hausse. Il n'est pas question de donner les terrains à la Ville ou de les vendre au rabais. Ça n'a aucune logique. Comment nos taxes peuvent passer de 8000 à 36 000 $? Comme promoteur, il ne me reste que ces terrains-là. Je n'en referai plus à Sherbrooke. La Ville n'est pas là pour nous aider, mais pour nous mettre dans le trouble. Elle n'aide pas les développeurs et essaie de nous soutirer le plus d'argent possible », commente M. Leblanc.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer