Mission: plus de propriétaires occupants au centre-ville

Ceux qui rêvent de devenir propriétaires pourraient bientôt... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Ceux qui rêvent de devenir propriétaires pourraient bientôt profiter d'un programme d'accès à la propriété de la Ville de Sherbrooke..

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Ceux qui rêvent de devenir propriétaires pourraient bientôt profiter d'un programme d'accès à la propriété de la Ville de Sherbrooke... s'ils songent à s'établir au centre-ville. Pour ce faire, un projet de loi privé devra être déposé à l'Assemblée nationale. Le député Luc Fortin a accepté de parrainer ce projet.

Selon un diagnostic posé lors de la préparation du Plan directeur d'aménagement durable du centre-ville de Sherbrooke en 2015, la moitié des 1950 logements recensés au centre-ville dataient d'avant 1946. La moitié des logements nécessitent également des réparations mineures ou majeures. La majorité des unités d'habitation sont également occupées par des locataires. « Un des objectifs est de ramener des propriétaires occupants plutôt que des locataires », explique Michael Howard, directeur par intérim du service de la planification et du développement urbain.

Une des orientations du Schéma d'aménagement et de développement révisé de 2014 était d'encourager l'entretien et la rénovation du parc de logements, notamment en proposant des mesures financières pour y parvenir.

« La principale lacune identifiée dans le développement du centre-ville, c'est la question de l'habitation. Avoir une offre de qualité diversifiée a été identifiée comme lacune. Nous allons de l'avant avec deux programmes : un crédit de taxes pour les gens qui vont construire ou rénover dans un projet résidentiel ou commercial, et un programme d'accès à la propriété où nous financerons 10 % de l'achat jusqu'à un maximum de 25 000 $. Au bout de 20 ans, ou lors de la vente de l'immeuble, ces frais seront remboursés à la Ville, donc c'est un programme que nous estimons à coût nul », explique le conseiller Serge Paquin.

Ce programme s'inspire de ceux existant à Montréal et Québec et consiste à offrir une aide pour la mise de fonds sous la forme d'un prêt sans intérêt. Le remboursement prévoit un pourcentage appliqué sur la plus-value de l'immeuble.

« L'innovation majeure, c'est que des habitations multifamiliales jusqu'à quatre logements pourront bénéficier du programme d'accès à la propriété, à condition que le propriétaire habite l'immeuble. On sait que quand c'est le cas, il y a un meilleur entretien et la sélection des locataires est aussi meilleure. »

Le dossier serait étudié par la Direction de la législation et par le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire jusqu'en mai, moment où le projet de loi serait présenté à l'Assemblée nationale. Il serait ensuite étudié en commission parlementaire et adopté en juin. Le programme d'accès pourrait être en vigueur cet été. La Ville dispose pour le moment de 600 000 $.

« Si le programme était très populaire, il serait possible d'ajouter des sommes, puisque nous estimons qu'il sera à coût nul », ajoute M. Paquin.

Le projet de loi privé donnerait les pouvoirs à la Ville d'offrir un programme d'aide pour l'ensemble de son territoire. Si le programme connaissait du succès au centre-ville, il pourrait être étendu ailleurs.

Quant au programme d'aide à la construction neuve, à la rénovation, à la reconversion ou à la requalification des bâtiments, il prendrait la forme d'un crédit de taxes foncières de 100 % pour les trois premières années et un crédit de 50 % les années quatre et cinq. Les travaux de rénovation devraient avoir une valeur minimale de 20 000 $ et ceux de construction de 250 000 $.

« Nous avons peu de terrains vacants, mais nous aurons des terrains vierges quand le nouveau pont des Grandes-Fourches sera construit. Il est clair que ça peut aussi donner lieu à des remembrements de terrains. Il est possible que des immeubles soient démolis et qu'il y ait des reconstructions », avance Serge Paquin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer